Chargement...

Bâtiment bas carbone

RE 2020

Bâtiment bas carbone RE 2020

Pour répondre au réchauffement climatique, il devient urgent de limiter, ou même réduire, les émissions de gaz à effet de serre. Tout le secteur du bâtiment doit, lui aussi, porter cette mission avec la construction de bâtiments bas carbone, à faibles émissions de CO2.

Le principe d’un bâtiment bas carbone

Pour faire suite à l’alerte sur le réchauffement climatique, les autorités ont répondu par des mesures de réglementations thermiques afin de faire baisser la consommation énergétique. C’est ainsi que les plus récentes RT 2005 et RT 2012 vont prochainement devenir, non plus des Réglementations Thermiques, mais des Réglementations Environnementales comme la RE 2020. En effet, pour oeuvrer à la réduction des gaz à effet de serre, ce ne sont plus les consommations d’énergies qui sont visées, mais bien l’empreinte carbone qui est ciblée et analysée. Les pouvoirs publics ont ainsi convenu d’une stratégie nationale bas-carbone dont le but serait de diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020.

Des études réalisées par l’Association pour le développement du Bâtiment Bas Carbone, nommée Association BBCA, montrent que “l'empreinte carbone moyenne d'un Français est de 11,5 tonnes de CO2 par an réparties de la façon suivante :

  • 3,5 tonnes pour ses déplacements ;
  • 3 tonnes pour les bâtiments ;
  • 2 tonnes pour son alimentation ;
  • 1,5 tonnes pour le transport de marchandises ;
  • 0,5 tonnes pour les biens consommés ;
  • 0,5 tonnes pour les déchets générés ;
  • 0,5 tonnes pour les espaces publics et infrastructures utilisés.”

On voit bien ici comment le secteur du bâtiment peut être un levier important de cette transition écologique. En effet, placé en deuxième position de ce classement, juste après les déplacements, ce ne sont pas uniquement les modes de transports qu’il faut revoir et repenser. Tous les acteurs de la construction doivent également s’adapter pour faire front ensemble face à ce nouvel enjeu.

Un Bâtiment Bas Carbone aura donc, bien évidemment, vocation à faire réduire la consommation énergétique, mais surtout à mettre l’accent sur la réduction de son empreinte carbone, tout au long de sa vie, de sa conception à sa démolition, en passant par la construction, la logistique sur le chantier et les matériaux utilisés.

Le label BBCA

Le label BBCA , Bâtiment Bas CArbone, s'inscrit dans la droite ligne des labels et certifications liés aux performances énergétiques et environnementales des bâtiments, comme :

  • le label E+ C- (Énergie + Carbone -), initié par l’État, pour généraliser les bâtiments à énergie positive avec une attention particulière visant à réduire l’empreinte carbone sur tout son cycle de vie, de sa construction jusqu’à sa démolition.
  • la certification HQE (Haute Qualité Environnementale) Bâtiment Durable qui vise à la valorisation de performances durables autour de 4 axes principaux, comme la qualité de vie, le respect de l’environnement, la performance économique et le management responsable.
  • le label BBC (Bâtiment Basse Consommation) qui est pensé pour que la consommation énergétique du bâtiment et que son taux d’émission de CO2 soient très faibles.

Le label BBCA vient donc s'inscrire en complémentarité pour valoriser les bâtiments dont l’étude de l’empreinte carbone est exigeante sur l’ensemble du cycle de vie de celui-ci, nommée méthode de l’ACV (Analyse de Cycle de Vie), soit sur la construction, l’exploitation, la fin de vie du bâtiment et le stockage carbone. L’indicateur retenu pour établir l'empreinte carbone est le kg équivalent CO2 par m² de surface de plancher, soit la quantité évaluée d’émissions de carbone évitées, sur une durée de vie théorique de 50 ans. Il permet de qualifier le niveau de performance atteinte, soit BBCA Standard, BBCA Performance ou BBCA Excellence, en fonction de l’empreinte carbone du bâtiment.

Le label BBCA s’applique à tous les bâtiments, publics ou privés, qui entrent dans le champ d’application de la RT 2012. Il est délivré par un organisme indépendant, compétent et reconnu. Il peut être demandé au stade de la Conception sous forme de label provisoire, puis confirmé à la réalisation. Sa présence atteste de votre volonté d’oeuvrer pour un développement durable grâce à des pratiques bas carbones vertueuses, et permet également de valoriser un bien immobilier.

Son objectif est simple, diviser par 2 les émissions de carbone d’un bâtiment. À l’heure actuelle, il est estimé qu’1 m² construit génère environ 1,5 tonne de CO2 sur une durée de vie de 50 ans. Le label BBCA tend ainsi à viser une émission de 750 kg de CO2 par m² construit, sur la même durée de vie.

Les critères de performance du label BBCA

Les 4 catégories de critères de performance du label BBCA sont axés sur deux principes fondamentaux :

  • les émissions de gaz à effet de serre évitées
  • le stockage carbone sur le cycle de vie du bâtiment et l’innovation climat

La construction raisonnée

Le critère de construction raisonnée permet d’indiquer les émissions de gaz à effet de serre liées à la toute la phase de construction du bâtiment jusqu’à sa démolition. En effet, la production des matériaux de construction, leur transformation et leur transport de l’unité de production jusqu’au chantier dégagent du CO2. Les circuits courts sont donc à privilégier pour limiter les émissions de dioxyde de carbone. Toute la logistique des travaux de construction, ainsi qu’une combinaison savante des matériaux utilisés sont également évaluées. Une construction raisonnée se doit de suivre une logique de conception sobre et réfléchie.

L’exploitation maîtrisée

Le critère d'exploitation maîtrisée permet d’indiquer les émissions de gaz à effet de serre sur toute la phase d'exploitation du bâtiment, liées aux consommations d’énergie. Pour réduire les émissions de dioxyde de carbone, il est recommandé d’avoir recours à des systèmes de chauffage, de refroidissement, de production d’eau chaude sanitaire et de ventilation qui fonctionnent aux énergies renouvelables et faiblement carbonées, comme le solaire, la thermodynamique, la géothermie ou même l’éolien domestique. Pour limiter les déperditions énergétiques, il faudra mettre l’accent sur une très bonne isolation, de grandes surfaces vitrées orientées au Sud, traiter les ponts thermiques et privilégier un système de ventilation double flux qui permet de réchauffer l’air renouvelé de votre maison. Si la maison passive est une bonne réponse à apporter pour répondre aux besoins d’une exploitation maîtrisée, la maison positive est, à coup sûr, la piste la plus intéressante à envisager.

Le stockage carbone

Le critère de stockage carbone permet de valoriser l’utilisation de matériaux recyclés et biosourcés. Ces derniers sont issus de la biomasse d’origine végétale ou animale et peuvent composer différents matériaux pour l’isolation des bâtiments comme les textiles recyclés, la ouate de cellulose, les bottes de paille, les laines de fibres végétales ou animales. Les bétons et mortiers peuvent être composés de chanvre, de bois ou de lin entre autres. Il existe également du béton bas carbone, fabriqué à base de déchets de production industrielle de l’acier. Certains panneaux peuvent être fabriqués à partir de fibres végétales ou de paille compressée. Les matériaux à fort impact carbone sont à proscrire, comme le PVC par exemple, qui est élaboré à base d’hydrocarbure.
Il est à noter que le bois, est un matériau de construction qui subit peu de transformation. En privilégiant des circuits courts et un approvisionnement auprès de forêts gérées de façon responsable, l’empreinte carbone de ce matériau devient un atout maître pour limiter l’empreinte carbone d’un bâtiment. De plus, avec l’effet de photosynthèse, il est estimé que les forêts présentes sur le territoire français captent environ 10 % des émissions françaises de dioxyde de carbone.

Une économie circulaire

Le critère d’économie circulaire est évalué en fonction de plusieurs éléments. En effet, si les réductions d’émissions de dioxyde de carbone sont déjà quantifiées lors de la construction et de la démolition du bâtiment, le principe d’économie circulaire va plus loin en privilégiant :

  • la déconstruction sélective sur site plutôt qu’un tri en plateforme ;
  • le réemploi et le recyclage de matériaux lors de la construction ;
  • la possibilité de mutualiser des espaces entre différents bâtiments, ou au sein d’un même bâtiment ;
  • le potentiel de changement ou d’évolution du bâtiment ;
  • le potentiel d’extension du bâtiment.

 

Les niveaux de performance du label BBCA

Les modes de calcul du score BBCA

Les modes de calcul du score BBCA vous indique le niveau de performance du label. Les 4 catégories de critères, réparties en deux grands domaines, sont évaluées sous forme de points de la façon suivante :

  • Première étape de calcul :

L’indice de construction raisonnée additionné à l’indice d’exploitation maîtrisée correspond aux Points émissions de gaz à effet de serre évitées.
L’indice de stockage carbone sur le cycle de vie du bâtiment additionné à l’indice d’économie circulaire correspond aux Points innovation climat.

  • Deuxième étape de calcul :

Les Points émissions de gaz à effet de serre évitées additionnés aux Points innovation climat correspondent au final au score BBCA du bâtiment. Un point BBCA peut correspondre à :

    • 10 kg de CO2 non émis par la construction raisonnée ou par l’exploitation maîtrisée (par rapport à une valeur de référence) ;
    • 15 kg de matériaux biosourcés stockés (par rapport à une valeur de référence) ;
    • 5 kg par m² de surface de plancher de matériaux réemployés (par rapport à une valeur de référence) ;
    • diverses pratiques d’économies circulaires ;
    • potentiel de mutualisation, d’extension ou de changement d’usage.

Evaluation du niveau de performance du label BBCA
Une fois votre score BBCA, 3 niveaux de performance peuvent être attribués comme suit :

  • BBCA Standard : score supérieur ou égal à 0 point

Un bâtiment au BBCA Standard est synonyme d’un effort manifeste pour une réduction d’émissions de gaz à effet de serre sur les phases de construction et d’exploitation, avec une intégration du stockage carbone

  • BBCA Performant : score supérieur ou égal à 15 points

Un bâtiment au BBCA Performant est le gage qu’un effort appuyé est fourni pour réduire les émissions de gaz à effet de serre sur les phases de construction et d’exploitation. Cependant, le BBCA Performant va plus loin que le BBCA Standard, en attribuant des points supplémentaires pour l’innovation, comme le stockage carbone et l’économie circulaire.

  • BBCA Excellence : score supérieur ou égal à 30 points

Un bâtiment au BBCA Excellence, comme son nom l’indique, valorise des efforts massifs réalisés pour atteindre l’excellence en matière de construction bas carbone.

 

Les conditions d’obtention du label BBCA

Faire une demande d’obtention du label BBCA vous permet de :

  • Démontrer votre attachement à la transition écologique en luttant pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
  • Répondre à un score BBCA correspondant à la performance bas carbone du bâtiment.
  • Évaluer l’empreinte carbone sur tout le cycle de vie du bâtiment.
  • Afficher un logo BBCA qui atteste l’exemplarité en termes d’empreinte carbone.
  • Valoriser un bien immobilier.

Le label BBCA peut être délivré en passant par deux étapes :

  • Obtention d’un label provisoire lors de la conception du bâtiment.
  • Obtention du label définitif à l’issue de la réalisation.

La demande du label BBCA doit se faire dans un délai de 6 mois après la livraison au maximum et donne accès automatiquement au label E+C-.

Les organismes certificateurs pour le label BBCA Neuf sont au nombre de 4 :

  • Pour le tertiaire, Certivea délivre le label BBCA seul, ou accompagné d’une autre certification.
  • Pour le logement collectif :
    • Cerqual délivre le label BBCA conjointement à une certification NF Habitat.
    • Prestataire délivre le label BBCA seul, ou accompagné d’une autre certification.
    • Promotelec Services délivre le label BBCA seul, ou accompagné d’une autre certification.

L’organisme certificateur pour le label BBCA Rénovation est Prestataire qui délivre le label BBCA seul, ou accompagné d’une autre certification.
Pour finir, l’organisme certificateur Cerway délivre le label BBCA à l’international.

 

Le label BBCA en rénovation

Il est à noter que rénover une maison dégage moins de dioxyde de carbone qu’une construction neuve. En effet, toute la phase de construction est déjà réalisée, ce qui représente, en règle générale, moins de travaux et de matériaux à utiliser pour voir naître l’ossature d’un bâtiment. C’est pourquoi le label BBCA Rénovation est entré en vigueur le 15 octobre 2018 pour les travaux de réhabilitation des bâtiments. Une pratique vertueuse de réemploi des matériaux et de rénovation énergétique pour les solutions de chauffage, de refroidissement, de production d’eau chaude et de ventilation fonctionnant avec des énergies renouvelables ou peu carbonées ont pour objectif de réduire les émissions de CO2 d’un bâtiment qui peut prétendre, une fois rénové, à l’obtention du label BBCA Rénovation.

Savoir faire / Parole d'expert

La compensation carbone par un énergéticien majeur
Date: 18/03/2019
Type: Parole d'expert
Le Carbone, autre enjeu de la construction neuve
Date: 14/01/2019
Type: Parole d'expert

Actualités

Impact carbone de la construction d’un bâtiment
Date: 13/09/2011
Type: Chroniques techniques
Le Bilan Carbone
Date: 13/09/2011
Type: Chroniques techniques
Objectif BBC - Rénovation immeuble post-haussmannien
Date: 13/09/2011
Type: Chroniques techniques

Rechercher plus de contenu sur XPair