Chargement...

Smart grid

Smard Grid électricité

Smard Grid pour mutualiser les réseaux électriques intelligents

Il est de plus en plus question de smart grid en électricité. Mais qui en connaît précisément la définition et toutes les incidences qui en découlent ? En voici un tour d’horizon qui va permettre de définir ce que sera certainement l’élélectricité de demain.

 

Définition d’un smart grid

De façon littéraire, smart grid signifie réseau intelligent. Et comme l’intelligence artificielle entre dans tous les domaines, que ce soit dans la maison, dans la voiture, dans l’industrie, il était aussi normal que, à une plus grande échelle, le réseau électrique s’empare, lui aussi du sujet.
En effet, que ce soit sous influence écologique ou pour mieux mettre en adéquation l’offre et la demande en matière d’énergie, une mutation était absolument nécessaire dans ce domaine.
Mieux apprendre à étudier les besoins, y répondre jour par jour, heure par heure et mettre, en face, un réseau mieux pensé et pas nécessairement renforcé, telle est l’ambition des smart grids.

Le fonctionnement des smart grids

Les objectifs des smart grids sont donc multiples et répondre à différentes exigences pour répondre au monde d’aujourd’hui et, encore plus, de demain :

  • exigence de fonctionnement : de façon à ce que les réseaux puissent répondre, en toute occasion, à la demande des consommateurs sans risquer la panne ;
  • exigence de souplesse : pour que ces mêmes réseaux s’adaptent aussi aux variations de cette demande, selon les jours, les heures, les périodes (hiver, été) ;
  • exigence de puissance : afin que les nouvelles productions d’énergie s’intègrent très facilement dans le réseau déjà existant ;
  • exigence de sobriété économique : afin de faire diminuer les coûts de production, les pertes d’énergie et les consommations.

 

L’information utilise désormais les modes numériques et non plus analogiques, à tous les niveaux, que ce soit celui de la production de l’énergie, de son acheminement ou de sa consommation. Cette numérisation offre de nombreux atouts :

 

  • les différentes productions d’électricité, qu’elles proviennent de l’éolien, du solaire, du nucléaire, de l’hydraulique ou de turbines à gaz communiquent ensemble pour proposer une offre unique intégrant ainsi les énergies renouvelables ;
  • le transport de l’énergie bénéficie alors du parfait quadrillage du territoire et d’un acheminement final unique pour le consommateur ;
  • le compteur communicant apporte de nombreuses informations à tous, en particulier aux fournisseurs d’énergies, afin de leur permettre de mieux s’adapter aux habitudes de consommation.

 

Les nouveaux objectifs de l’Union Européenne

Les exigences liées à l’Union Européenne, notamment, sur l’environnement et sur le mode de consommation des énergies a joué un rôle énorme dans l’intégration des smart grids. En effet, par ce souci environnemental, l’Europe s’est fixée 3 objectifs d’ici 2020 qu’elle entend respecter qui sont :

  • une réduction des émissions de CO2 sur son territoire de 20% entre 1990 et 2020 ;
  • une efficacité énergétique accrue de 20 % ;
  • une part des énergies renouvelables dans l’ensemble de l’offre énergétique qui passerait à 20%.

Il faut aussi prendre en compte les autres objectifs du Grenelle de l’environnement qui sont de réduire, notamment au niveau de la France, les émissions de gaz à effet de serre par 4.

Face à ces engagements, il est donc important de modifier tout autant les habitudes de consommation d’énergie, que celles de production.

 

Les acteurs du réseau intelligent

Pour atteindre les objectifs fixés, l’implication de tous est nécessaire et parler de tous c’est en effet intégrer :

  • les consommateurs qui deviennent alors des consomm’acteurs en surveillant mieux leurs habitudes ;
  • les producteurs d’énergie, que ce soit les plus gros, comme EDF, mais aussi les plus petits, comme les particuliers possédant leur propre éolienne ou leurs propres panneaux photovoltaïques ;
  • les gestionnaires de distribution et de transport de l’énergie comme Enedis ou ERDF, issus de EDF, et ceux qui fabriquent le matériel de distribution ;
  • les développeurs des technologies d’information numérique qui vont permettre de rendre ces réseaux intelligents et de les protéger contre les piratages ;
  • l’Etat qui définit les critères et autres normes qui favorisent le développement des smart grids.

 

Le principe de smart grid pour les consommateurs

Ce qui va notamment intéresser le public, c’est de savoir quelles sont les incidences directes que ces smart grids peuvent avoir sur leurs habitudes de consommation.
Il est clair que les comportements se trouvent généralement modifiés par les connaissances, notamment en matière financière, de chaque geste réalisé au quotidien.
Mais ce qui va aussi énormément changer est, par exemple, le développement de la voiture électrique qui remplacera, pour partie, les véhicules essence ou diesel. Une surconsommation en découlera, tout comme le développement de la climatisation, en France, ou des habitudes de chauffage qui se modifient avec les maisons BBC ou à énergie positive.
C’est alors que la mise en place de réseaux intelligents devient indispensable afin de pouvoir faire face à de possibles variations assez fortes et ne pas répondre par un black-out total lorsque la demande devient trop forte. La multiplication des sources et leur mise en liaison aident à faire face pour les périodes de plus forte activité et à ne produire que ce qui est nécessaire, à l’inverse, en période creuse.
L’intelligence au niveau des suivis de consommation permet de mieux les contrôler et de mieux y répondre.

Le principe de smart grid pour la production d’électricité

On l’a vu, les smart grids facilitent l’intégration de tous les moyens de production afin de faciliter les réponses possibles aux périodes de sur-consommation. Sont ainsi favorisées les énergies renouvelables afin de compenser le manque mais, ce qui entre aussi en ligne de compte, c’est le coût de production et de transport de chacune de ces origines afin de minimiser les prix de revient et de favoriser le retour sur investissement.
Les smart grids permettent de disposer d’un regard plus précis sur l’ensemble des sources de production de cette énergie électrique.
C’est cette intégration de l’ensemble des moyens de production qui offre cette plus grande flexibilité tout en assurant la fiabilité nécessaire.
Avec un territoire parfaitement maillé et une mise en commun des conditions de distribution, ces réseaux intelligents favorisent la bonne rentabilité de cette énergie et diminuent le phénomène de pertes.

Le controversé compteur Linky

Comme tout élément communicant, Linky possède des atouts mais a aussi ses contradicteurs. Il est évident que les plus sceptiques se sentent fichés, suivis, surveillés.
Le Linky entre cependant, pour une part, dans ce principe de réseau intelligent qui permet de recueillir des informations primordiales pour la bonne gestion de la consommation et de la mise en rapport du niveau de production.
Alors que les compteurs communicants sont déjà présents dans de nombreux pays européens comme l’Italie ou la Suède, la mise en place s’effectue en France et n’atteindra le chiffre de 35 millions de modèles posés qu’en 2021. Ils représentent pourtant l’élément essentiel pour optimiser la production et permettre de sélectionner celle qui revient le moins cher. Sans un calcul précis, il faut mobiliser le maximum de cette production quitte à en posséder en réserve.
Ce compteur est aussi téléparamétrable et représente une évolution qui correspond aussi aux nouveaux modes de vie des consommateurs. Il permet, par exemple, de prendre en compte la production personnelle ou la recharge des voitures électriques, ce que ne savent pas bien faire les anciens compteurs.

La question de la sécurité

La question qui se pose avec tout modèle connecté est celle de la sécurité. C’est pourquoi les smart grids ont aussi été pensé pour se protéger de toute attaque, qu’elle provienne de pirates ou de terroristes, qu’elle ait pour but une demande de rançon ou de simples actes de malveillance envers la production d’énergie électrique, son transport ou sa distribution finale.
Leur but est de rendre les réseaux encore plus fiables, plus sécurisés, mieux protégés et mieux surveillés. La technologie se met au service du consommateur pour éliminer l’erreur humaine.

L’avenir avec les Smart Grids

Alors qu’en sera-t-il demain ? C’est un peu ce qui a été vu tout au long de cet article. Le but des réseaux intelligents est de s’adapter aux profondes modifications qui interviennent dans notre mode de vie et qui continueront, de façon exponentielle, à transformer notre quotidien. La consommation électrique d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celle d’hier, et celle de demain sera vraisemblablement l’objet de nouveautés encore plus importantes. Avec les smart grids, il n’est pas question de se préparer au monde d’aujourd’hui, mais à celui de demain et de pouvoir subvenir aux nouvelles demandes, qu’elles soient plus grandissantes ou fléchissantes, avec la présence de plus en plus forte des énergies renouvelables et un contrôle des prix plus efficace.

Actualités

Le compteur électrique «intelligent» face aux querelles …
Date: 04/07/2019
Auteur: Roger CADIERGUES
Les outils liés à MémoCad …
Date: 04/07/2019
Auteur: Roger CADIERGUES

Rechercher plus de contenu sur XPair