Résistance électrique

Résistance électrique

Résistance électrique




Elément physique porté à très haute température au moment où il est traversé par le courant électrique, la résistance électrique est un élément essentiel d’un système de chauffage électrique. En génie climatique, la résistance électrique est un dispositif très utilisé, notamment pour le bon fonctionnement des convecteurs électriques, des cumulus et des chauffe-eau électriques pour chauffer l’air d’une pièce ou l’eau chaude sanitaire d’un logement.

Qu’est-ce qu’une résistance électrique ?

Dans un chauffe-eau, la résistance électrique est un élément essentiel pour permettre l’augmentation de la température de l’eau de la cuve. Le principe de fonctionnement d’un tel appareil est d’utiliser l’énergie électrique afin de la transformer en énergie thermique. Pour permettre son bon fonctionnement dans la durée, il est nécessaire de nettoyer la résistance électrique afin d’éviter qu’elle ne s’entartre. Si elle est défectueuse, il est possible de la remplacer.

Les différents types de résistance électrique

Un chauffe-eau peut être équipé de deux types de résistance électrique :

  1. une résistance stéatite ;
  2. une résistance thermoplongée (ou résistance blindée).

Une résistance stéatite est protégée des problèmes de tartre grâce à un fourreau émaillé. Si son prix à l’achat est plus élevé, sa durée de vie est également supérieure et son remplacement est aisé et ne nécessite pas la vidange de la cuve.

Une résistance thermoplongée, également appelée résistance blindée, est fabriquée en acier inoxydable. Ce type de résistance électrique est en contact direct avec l’eau. Sa durée de vie est plus courte et elle s’entartre rapidement. Une résistance thermoplongée nécessite donc un entretien régulier. Pour limiter le risque d’entartrage, ce type de résistance électrique dispose d’une température de surface moins élevée, ce qui permet aussi d’éviter les risques de surchauffe.

Le principe de fonctionnement

Selon le type de résistance électrique choisi, on parle de cumulus à résistance stéatite ou de cumulus à résistance blindée. Ce choix est principalement déterminé par la composition chimique de l’eau alimentant le chauffe-eau. Dans les deux cas, le principe de fonctionnement de la résistance électrique est le même : son fil intérieur chauffe lorsque le courant passe. Un isolant entoure ce fil et le tout est recouvert d’une protection. Le principe de fonctionnement est sécurisé grâce à une mise à la terre de la cuve.

Une résistance électrique entartrée surchauffe jusqu’à ne plus fonctionner. Raison pour laquelle il est important de prévoir un détartrage régulier.

Connaître la composition chimique de l’eau pour choisir la bonne résistance électrique

La composition chimique de l’eau potable circulant dans le chauffe-eau permet de choisir le type de résistance électrique adapté pour un bon fonctionnement. Ainsi, selon la dureté de l’eau, mieux vaudra installer une résistance thermoplongée ou une résistance stéatite. La dureté de l’eau potable est principalement établie en fonction de sa teneur en calcaire.

Ainsi, la dureté de l’eau potable est considérée comme moyenne lorsqu’on obtient un résultat compris entre 13 et 15° TH (titre hydrotimétrique). Lorsque le résultat est inférieur, il est question d’eau douce. Lorsqu’il est supérieur, on parle d’eau dure. Plus l’eau est douce plus les risques de corrosion des parois métalliques sont importants. Plus l’eau est dure, plus les surfaces en contact avec de l’eau sont soumises à des problèmes d’entartrage.

Pour connaître la dureté de votre eau, nous vous conseillons de vous rapprocher des services des eaux de votre ville.

Pour les eaux de dureté moyenne

Pour une eau de dureté moyenne, c’est-à-dire une eau moyennement calcaire, il convient d’opter pour une résistance blindée. Cette solution est adaptée afin de garantir la pérennité des performances du chauffe-eau à accumulation. La résistance blindée assure une montée en température de l’eau rapide. Le principe de fonctionnement d’une résistance blindée est peu compatible avec une eau trop douce ou avec une eau trop dure.

En effet, si l’eau est trop douce, c’est-à-dire, filtrée ou naturellement très peu calcaire, la durée de vie de la résistance blindée est réduite par l’acidité de l’eau. Son enveloppe métallique s’oxyde alors rapidement. Une eau trop dure ne convient pas non plus puisque le calcaire viendrait entartrer rapidement la résistance électrique. Les échanges thermiques ne bénéficieraient alors plus d’un bon fonctionnement et le temps de chauffe de la résistance électrique serait de plus en plus long. Une résistance blindée trop entartrée n’est généralement plus en mesure de chauffer suffisamment l’eau pendant les heures creuses et les appareils réglés sur de tels horaires peuvent se couper avant que l’eau ne soit à bonne température. Un détartrage complet serait alors nécessaire tous les 2 ans.

Pour les eaux très douces

Pour une eau très douce, il convient d’opter pour une résistance stéatite. En effet, contrairement à une résistance thermoplongée, une résistance stéatite n’est pas en contact direct avec l’eau qu’elle chauffe, grâce à son fourreau étanche. Celui-ci l’isole et aucun risque d’entartrage ne peut être causé par l’acidité de l’eau qualifiée de douce.

Pour les eaux très dures

Pour une eau très dure, il convient également d’opter pour une résistance stéatite. La solution d’une résistance stéatite devient alors plus durable que son alternative blindée, tout en maintenant un rendement calorifique très stable. Cela permet de réaliser des économies d’énergie par rapport à une résistance blindée entartrée.

Les parois de la cuve doivent toutefois être protégées par un dispositif anti-électrolyse performant.

L’entretien et le remplacement d’une résistance électrique

L’entretien et le remplacement dépend du type de résistance électrique. Ainsi, pour intervenir sur une résistance stéatite, il n’est pas nécessaire de procéder à la vidange du chauffe-eau pour son entretien ou son remplacement. Toutefois, pour une résistance thermoplongée ce n’est pas le cas. Il sera alors indispensable de commencer par vidanger entièrement la cuve avant de pouvoir intervenir.

Si la vidange permet d’accéder à la résistance thermoplongée, le gaspillage d’un grand volume d’eau chaude est à prévoir. Il s’agit toutefois de la seule solution pour détartrer la résistance électrique et l’intérieur du cumulus.

Savoir faire / Parole d'expert

Actualités

Chauffage : quelles évolutions en 2009 ?
Date: 04/07/2019
Type: Actualité ThermPresse
Chauffage à effet Joule : - 10,8% en 2009
Date: 04/07/2019
Type: Actualité ThermPresse

Rechercher plus de contenu sur XPair

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Suggestions

Chauffage, rafraîchissement et ECS : le confort n’admet pas de « circonstances exceptionnelles »

Chauffage, rafraîchissement et ECS : le confort n’admet pas de « circonstances exceptionnelles »

Avec l'augmentation de la présence au domicile, il devient nécessaire de trouver des solutions à haute efficacité énergétique, notamment en terme de chauffage et rafraîchissement des habitation


Burger King n’attend pas la RE2020 et montre la voie !

Burger King n’attend pas la RE2020 et montre la voie !

Burger King se démarque encore et ce n'est pas que du marketing ! La société s'engage dans une démarche de performance énergétique respectant les exigences de la prochaine RE2020


Récupération d’énergie en industrie - Une offre de solutions de plus en plus large et efficiente

Récupération d’énergie en industrie - Une offre de solutions de plus en plus large et efficiente

Découvrons l'offre de solutions présentée lors du Forum Fire 2020 avec le Cétiat et Alliance en Mars dernier.


La pompe à chaleur gaz donne de solides résultats

La pompe à chaleur gaz donne de solides résultats

Par Olivier BROGGI - Ingénieur National Tertiaire - GrDF Et « 1, et 2 et 3 bons résultats » pour la pompe à chaleur à absorption !! De 2011 à ...


Poutre froide : climatisation modulaire

Poutre froide : climatisation modulaire

Adaptée au bâtiment basse consommation modulaire, la poutre froide est un système de climatisation et de chauffage apportant efficacité énergétique et


La sécurité électrique

La sécurité électrique

Par Roger CADIERGUES – Consultant et Ancien directeur général du COSTIC Un incendie domestique sur quatre est dû à des installations électriques déf


Aérothermie et pompe à chaleur air-eau

Aérothermie et pompe à chaleur air-eau

L'info sur l'aérothermie et pompe à chaleur basse consommation. Aérothermie et géothermie sous forme de guide de choix pompe à chaleur aérothermique.


Gros potentiel de croissance des PAC et de l’effet Joule grâce aux EnR électriques

Gros potentiel de croissance des PAC et de l’effet Joule grâce aux EnR électriques

Jusqu’à 65 TWhth de chaleur à basse température (dont 50 TWhth pour des réseaux de chaleur et 15 TWhth pour des besoins industriels) : telle pourrait


Pompe à chaleur au C02

Pompe à chaleur au C02

Les pompes à chaleur au CO2 permettent de franchir une étape supplémentaire dans l’efficacité thermique et le respect de l’environnement.


Qu’installe-t-on dans les bâtiments à faible consommation énergétique ?

Qu’installe-t-on dans les bâtiments à faible consommation énergétique ?

Il ressort d’une récente étude de Bourgogne Bâtiment Durable portant sur un échantillon de 50 bâtiments à basse consommation énergétique (avec des


Maison QUADRI SOLAIRE® : une maison passive aux 4 usages solaires

Maison QUADRI SOLAIRE® : une maison passive aux 4 usages solaires

La maison QUADRI SOLAIRE® est très performante, économe en énergie, confortable en toutes saisons sans chauffage conventionnel ni climatisation


AMO Exploitation : exemple de suivi d’exploitation avec économies à la clé

AMO Exploitation : exemple de suivi d’exploitation avec économies à la clé

La mission d’AMO Exploitation « Assistant au maître d’Ouvrage pour l’Exploitation » consiste à apporter le conseil et prestations ...


Belles perspectives pour le solaire et la PAC en chauffage urbain

Belles perspectives pour le solaire et la PAC en chauffage urbain

En chauffage urbain, il y a, au niveau mondial, un intérêt croissant pour les PAC de grande puissance, observe un récent rapport de REN21, association do


AIE très favorable à la PAC, au solaire thermique et réseaux ...

L’AIE très favorable à la PAC, au solaire thermique et aux réseaux de chaleur Le chauffage et le refroidissement sont «souvent négligés dans les débats sur la décarbonisation du ...


Récupération d'énergie sur les systèmes de production de froid

Récupération d'énergie sur les systèmes de production de froid

Par Florence Moulins IFFI – INM La récupération d’énergie sur les systèmes de production de froid consiste le plus couramment en la récupération de chaleur sur une boucle d’eau dans ...