Protocole de kyoto

1992 : c'est la date du sommet de la Terre de Rio. Depuis, une prise de conscience internationale a eu lieu eu égard aux risques de réchauffement climatique. Les pays les plus riches et principalement responsables des émissions de GES les plus importantes ont pris l'engagement de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre sur la période 2008-2012 par rapport à l'anne référence 1990.

La Russie a ratifié le Protocole. Quant aux États-Unis qui émettent 30 à 35% du total des GES d'origine humaine, ont décidé en 2001 de ne pas ratifier le Protocole. La mise en oeuvre effective du Protocole de Kyoto est officielle depuis le 16 février 2005, le but final est de répondr au fameux FACTEUR 4
Les pays émergents comme la Chine ou l'Inde ne sont pas inclus dans le protocole de Kyoto malgré leur taux de croissance et leur prévision de pollution aussi important sinon plus grand que celui des Etats Unis.

Le protocole de Kyoto fixe des objectifs contraignants de réduction de GES pour les pays riches et industrialisés à l’horizon 2012. Mais le régime multilatéral doit évoluer car cinq ans ne suffiront pas à réaliser les economies d'énergie. De là le plan d’action de Bali sur le climat et la conférence de Copenhague en 2009.
Pour la plupart des pays industrialisés, le protocole de Kyoto constitue le socle pour après 2012. Il faudra maintenir les acquis, notamment l’instauration d’un prix de carbone.

Pour les pays émergents et autres pays en développement, il faudra imaginer d’autres modalités pour mettre en route leur propre efficacité énergétique la participation de ces pays à la division mondiale de moitié des émissions de gaz à effet de serre; voir le lien FACTEUR 4.

Rechercher plus de contenu sur XPair