Chargement...

Plancher chauffant

plancher chauffant

Le plancher chauffant procure une chaleur douce et uniforme



Le plancher chauffant est une solution de chauffage particulièrement discrète. Intégré dans le sol, ce type de chauffage offre des performances de diffusion de la chaleur très intéressantes.

Le principe de fonctionnement d’un plancher chauffant

Compatible avec un grand nombre de systèmes de production de chaleur (chauffage électrique, chaudière à bois, chaudière au fioul, chaudière à gaz, pompe à chaleur, capteurs solaires, etc.), le plancher chauffant offre un véritable confort thermique. Ce système de production et de diffusion de la chaleur fonctionne à des températures basses et fournit d’excellentes performances. Un chauffage au sol s’installe en une superposition de couche qui doit respecter l’ordre suivant :

  • une dalle en béton ;
  • une plaque isolante ;
  • le plancher chauffant ;
  • la dalle flottante ;
  • le revêtement de sol.

Les différents types de planchers chauffants

Le plancher chauffant en lui-même se compose soit d’un réseau de tubes hydrauliques (pour un chauffage au sol à eau) soit d’un câble chauffant électrique (pour un chauffage au sol électrique). Avant de procéder à l’installation d’un tel système, tout professionnel doit calculer le dimensionnement adapté à la pièce et aux caractéristiques du logement. Il est d’ailleurs possible de mettre en place un plancher chauffant dans l’ensemble d’une maison ou d’un appartement ou simplement dans une pièce comme le salon, les chambres ou encore la salle de bains.

Chauffage au sol à eau

L’un des premiers types de plancher chauffant est le chauffage au sol hydraulique, ou chauffage au sol à eau. Il s’agit de la technique la plus utilisée à ce jour. Le confort thermique des résidents est bien meilleur qu'avec un chauffage classique par radiateur. Le réseau de tubes permettant d’alimenter la pièce en chaleur est positionné entre la chape et la dalle des différentes pièces à équiper. Le principe de fonctionnement est le même que pour tout autre circuit de chauffage central : le tubage fonctionne en circuit fermé. Cela sera également le cas, même lorsque le plancher chauffant est couplé avec des radiateurs à eau basse température pour assurer le chauffage du logement dans son ensemble.

En effet, il est parfaitement possible d’équiper le salon et la salle de bains d’un chauffage au sol hydraulique et d’équiper les chambres de radiateurs à eau basse température, par exemple. Le même circuit de chauffage alimente alors les différents émetteurs de chaleur. Cette solution peut permettre de réduire l’investissement initial qui est conséquent.

L’idéal est de pouvoir connecter une pompe à chaleur, une chaudière basse température ou une chaudière à condensation au plancher chauffant. Ce sont des appareils qui sont à privilégier avec des émetteurs de chaleur basse température.
Les dépenses à prévoir sont les suivantes :

  • Pour l’installation d’un plancher chauffant à eau, comptez 70 à 100 € par m².
  • Comptez environ 0,021 à 0,106 € TTC par kWh pour la consommation du plancher chauffant à eau (cela dépend de la source d’énergie : fioul, bois ou gaz).
  • Une révision annuelle ou une révision bi-annuelle coûte entre 80 et 100 € TTC.

Sachez que l’installation d’un chauffage au sol électrique coûte moins chère que la mise en place d’un chauffage au sol à eau. De plus, en rénovation, l’installation d’un plancher chauffant hydraulique sera plus longue.

Les avantages du plancher chauffant hydraulique

Le chauffage au sol hydraulique est apprécié pour ses avantages :

  • consommation économique pour son fonctionnement ;
  • désencombrement des pièces (les radiateurs peuvent être démontés) ;
  • permet de produire de l’eau chaude sanitaire ;
  • certaines modèles réversibles assurent le rafraîchissement des pièces en été.
Les inconvénients du plancher chauffant hydraulique

Le chauffage au sol hydraulique possède toutefois quelques inconvénients :

  • chauffage à inertie qui peut poser des problèmes de régulation (déphasage entre les apports de chaleur externe comme le soleil et la baisse de température du plancher chauffant) ;
  • peu compatible avec un logement fortement exposé au soleil (orienté plein sud et avec de nombreux vitrages) ;
  • peu compatible avec un logement très bien isolé ;
  • risques de surchauffe causés par ces problèmes de régulation (notamment si le soleil donne directement sur le sol du logement).

Chauffage au sol électrique

Il est également possible d’installer un plancher chauffant électrique. Son principe de fonctionnement est différent puisqu’un câble chauffant est installé sur toute la surface du sol. Directement alimenté par l’électricité, ce câble chauffant est très simple à installer en rénovation. La chaleur douce produite par le système est diffusée par rayonnement et assure le confort des résidents au quotidien.
La régulation d’un chauffage au sol électrique est plus compliquée à mettre en place que la régulation d’un chauffage au sol à eau. La solution la plus efficace restant de couper l’apport en électricité du système de chauffage.

Les dépenses à prévoir sont les suivantes :

  • Pour l’installation d’un plancher chauffant électrique, comptez 40 à 60 € par m².
  • Comptez environ 0,096 € TTC par kWh pour la consommation électrique du plancher chauffant.
  • Pas ou peu d’entretien est nécessaire pour un plancher chauffant électrique.

Aucun modèle de chauffage au sol électrique n’est réversible. Cette technique ne permet donc pas le rafraîchissement du logement en été.

 

Il est possible d’installer :

  • un plancher rayonnant électrique (PRE) ;
  • ou un plancher chauffant électrique à accumulation.
Le plancher chauffant rayonnant électrique (PRE)

Le plancher rayonnant électrique (PRE) permet d’obtenir rapidement une bonne température dans la pièce. Le phénomène d’inertie est ainsi réduit. Attention toutefois, tout dépend de l’installation. En effet, plus l’épaisseur de recouvrement du câble électrique est mince plus l’émission de chaleur au sein de la pièce se fait rapidement. Une bonne isolation est souhaitable pour éviter toute surconsommation électrique.

Le plancher chauffant électrique à accumulation

Le plancher électrique à accumulation est une solution mixte puisqu’elle caractérise un plancher chauffant couplé avec d’autres émetteurs de chaleur comme :

  • des radiateurs basse température ;
  • un plafond chauffant ;
  • ou encore une plinthe chauffante.

Ce type d’installation utilise davantage le phénomène d’inertie permis par la chape en béton. Les calories sont stockées la nuit pendant la période où l’électricité est à un tarif heures creuses. La chaleur est ensuite diffusée dans la journée. Ce principe de fonctionnement permet aux résidents de faire de réelles économies d’énergie. L’émetteur de chaleur vient ensuite compléter au besoin le plancher chauffant.

De par la grande difficulté de régulation d’un plancher chauffant électrique à accumulation, il est intéressant de l’installer dans les zones souffrant d’un climat rigoureux.

Plancher chauffant solaire

Des capteurs solaires positionnés sur le toit d’une maison, d’un immeuble ou au sol dans un jardin peuvent alimenter un plancher chauffant. Cette solution utilise une énergie renouvelable gratuite : les rayons du soleil. Pour compenser l’irrégularité de l'ensoleillement, il est nécessaire d’installer une dalle plus importante. Cette astuce permet au système de chauffage de bénéficier d’une inertie plus conséquente.
Sachez toutefois que l’énergie solaire ne sera pas suffisante pour assurer l’ensemble de l’alimentation du plancher chauffant. Lors d’une période où les conditions climatiques sont mauvaises, il est important qu’une pompe à chaleur ou une chaudière puisse prendre le relai.

Plancher rafraîchissant (ou plancher chauffant rafraîchissant)

Pour pouvoir rafraîchir le logement en été, le plancher chauffant à eau compatible doit être alimenté par une pompe à chaleur réversible. Le rafraîchissement n’est pas très important mais cela permet de réduire la température de la pièce de quelques degrés.
Le plancher chauffant doit garder une température minimale pour éviter d’être sujet à des problèmes de condensation.

Une technique basse température

Pour chauffer une pièce, un plancher chauffant nécessite aujourd’hui une température de chauffe de 40°C. C’est le principe du chauffage basse température. Cette technique de chauffage existe déjà depuis plusieurs décennies, toutefois, à l’origine, les planchers chauffants chauffaient à la même température que des radiateurs : entre 50 et 65°C. Cela provoquait l’inconfort des résidents puisque la température au niveau du sol était trop élevée. On parlait alors de phénomène de stratification de l’air. La stratification thermique désigne la manière dont se répartit verticalement la chaleur dans l’air. Plus léger que l’air froid, l’air chaud monte naturellement. C’est ce phénomène de gravité qui rend possible la mise en place d’un plancher chauffant. Sachez que la variation de température dans une pièce peut ainsi atteindre jusqu’à 2°C de différence par mètre de hauteur.

Toutefois, lorsque la chaleur produite au sol est trop conséquente, la température de la surface du sol fait gonfler les jambes des résidents. Si à l’origine les planchers chauffants étaient synonymes d’inconfort, leur évolution technologique permet aujourd’hui d’éviter ce problème. En utilisant le principe de basse température, la chaleur se répartit lentement de manière homogène dans la pièce. La chaleur au niveau du sol est douce.

 

La régulation de la température de chauffe

Dans la pièce où il est installé, le plancher chauffant fournit une chaleur uniforme très confortable pour les résidents. Pour pouvoir réguler la température d’une pièce équipée d’un chauffage au sol, il sera nécessaire d’ajouter un système de régulation adapté capable de prendre en compte :

  • les variations de température dans la pièce ;
  • les variations d’apports solaires en fonction des conditions climatiques.

L’installation d’un plancher chauffant

En construction comme en rénovation, le plancher chauffant doit être installé sur une dalle en béton recouverte par une plaque isolante. Après l’installation du plancher chauffant, il faudra recouvrir le système par une dalle flottante puis par le revêtement de sol de votre choix. Si les deux revêtements à privilégier avec un système de chauffage au sol sont le carrelage et la pierre, il est aussi possible d’opter pour une des solutions suivantes :

  • revêtement stratifié ;
  • parquet flottant ou parquet contrecollé ;
  • béton ciré ;
  • moquette ;
  • revêtement en vinyle, etc.

Les tubes PER (en polyéthylène réticulé)

L’installation des tuyaux (tubes PER) d’un plancher chauffant doit se faire en escargot. Cette technique permet d’éviter que les tuyaux ne se chevauchent. Les espacements entre les tubes dépendent directement du dimensionnement nécessaire calculé pour un chauffage de la pièce adapté mais aussi selon le volume de la pièce. C’est pour cette raison que l’espacement sera bien plus compact pour une installation dans une salle de bains que dans un salon, par exemple.

Les tubes PER, c’est-à-dire en polyéthylène réticulé remplacent le matériau initialement utilisé pour les planchers chauffants. Leur installation est plus simple et le matériau est moins cher que celui initialement utilisé : le cuivre. De plus, le polyéthylène réticulé est un matériau plus souple.

Les plaques à plots

Pour compléter l’installation d’un plancher chauffant hydraulique, des plaques à plots permettent une mise en place plus aisée des tubes. Les plaques à plots facilitent les écartements des tubes qui sont ainsi directement prévus dans le matériel prêt à installer. Les inconvénients de cette solution sont les mauvaises performances thermiques des plaques. Peu isolantes, elles peuvent être source d’une consommation plus importante.

Les plaques d'isolants rainurées

Une alternative aux capacités d’isolation plus performantes consiste à choisir des plaques d’isolants rainurées en polyuréthane, en fibres de bois ou en polystyrène. Les rainures permettent d’installer facilement les tubes PER qui viennent s’y positionner. La pose sur votre sol en est facilitée. L’efficacité énergétique du chauffage sera bien plus efficace qu’avec les plaques à plots.

Les plaques planes

Pour un chauffage au sol hydraulique, des plaques planes peuvent également être installées. Les constructeurs s’occupent de quadriller ces dernières. La pose des tubes PER est ainsi plus simple puisque le quadrillage permet d’identifier aisément les écartements à respecter lors du placement du tubage. Pour fixer les tubes aux plaques planes, il faudra les agrafer.
Les performances thermiques des plaques planes sont bien meilleures que celles offertes par les plaques à plots pour un chauffage au sol hydraulique.

Les plaques planes pour chauffage au sol électrique

Des plaques planes sont également utilisées pour le chauffage au sol électrique. L’installation est complétée par un treillis dont le rôle est d’accueillir les résistances électriques. Certains modèles offrent d’ores-et-déjà des résistances fixées au treillis. L’installation consiste alors à dérouler le matériel et à s’occuper du raccordement électrique nécessaire pour l’alimentation du plancher chauffant.

Installer un plancher chauffant dans une salle de bains

Installer un plancher chauffant dans une salle de bains permet d’éviter la sensation désagréable de sol froid à la sortie d’une douche ou d’un bain. Parfaitement compatible avec ce type de pièce, le chauffage au sol permet un véritable confort thermique pour les résidents. Quelques contraintes sont toutefois à prévoir pour une telle installation dans une pièce humide.
Pour le confort thermique des résidents, une salle de bains doit être chauffée entre 21 et 24°C. Ainsi, si la salle de bains n’est pas la seule pièce équipée d’un plancher chauffant, il sera impératif d’installer un système de régulation de la chaleur pièce par pièce pour éviter de surchauffer le reste du logement.

Les avantages d’un plancher chauffant dans une salle de bains

Grâce à sa production d’une chaleur douce et uniforme, le plancher chauffant offre un grand confort dans une salle de bains. La chaleur diffusée de manière homogène permet de ne pas avoir froid en sortant d’une douche ou d’un bain. De plus, un plancher chauffant dans une salle de bains est un véritable gain de place puisqu’il devient possible de retirer les radiateurs muraux. La salle de bains étant généralement une des petites pièces d’un logement, il s’agit d’une solution idéale pour gagner de la place.

Comme dans le reste de la maison ou de l’appartement, un plancher chauffant permet de faire des économies d’énergie sur la production de chaleur pour alimenter le réseau de chauffage. En effet, il s’agit d’une solution basse température qui est bien moins énergivore qu’un radiateur classique. Pour fonctionner efficacement, un plancher chauffant a besoin d’une eau chauffée à 40°C seulement.

L’entretien du plancher chauffant est assez simple. Un contrat d’entretien est généralement souscrit auprès de l’installateur.

Les inconvénients d’un plancher chauffant dans une salle de bains

Comme tout système de chauffage, le plancher chauffant a des inconvénients. Dans une salle de bains, le principal inconvénient du chauffage au sol peut être causé par une trop faible superficie. Le bon dimensionnement de l’installation ne peut alors pas être mis en place et le chauffage au sol se révèle insuffisant pour chauffer la pièce efficacement. Il est possible de remédier à ce problème en ajoutant un radiateur sèche-serviette.

Parmi les autres inconvénients de l’installation d’un plancher chauffant dans une salle de bains, notez que :

  • des travaux de rénovation importants seront nécessaires pour remplacer le système de chauffage existant ;
  • l’installation d’un plancher chauffant réhausse le niveau du sol de 6 à 15 cm ;
  • il s’agit d’une solution de chauffage à inertie (plusieurs heures sont nécessaires pour obtenir une température agréable dans la pièce).

Enfin, l’installation d’un plancher chauffant dans une salle de bains demeure une solution onéreuse pour chauffer une telle pièce.

Prix d'un plancher chauffant pour salle de bains

Selon l’énergie alimentant votre système de chauffage au sol dans votre salle de bains, le coût d’installation d’un plancher chauffant peut être compris :

  • entre 60 et 100 € par m² (pour un plancher chauffant hydraulique) ;
  • ou entre 40 et 70 € par m² (pour un plancher chauffant électrique).

Ces prix comprennent l’achat des fournitures ainsi que la main d’oeuvre pour l’installation par un professionnel. Pour de tels travaux, vous pouvez contacter :

  • un chauffagiste ;
  • un plombier ;
  • ou tout autre installateur spécialisé.

Savoir faire / Parole d'expert

Rechercher plus de contenu sur XPair