Chargement...

Photovoltaïque

Panneaux photovoltaïques en toiture

Panneaux photovoltaïques en toiture d'immeuble

L’électricité, énergie non renouvelable représente un budget conséquent au sein des foyers. Pour cela, la pose de systèmes photovoltaïques peut être le remède pour faire diminuer de façon conséquente les factures d’électricité. Voici un petit condensé d’informations qu’il est nécessaire de connaître avant de se lancer dans un tel projet.

Composants et fonctionnement d’un système photovoltaïque

Le photovoltaïque est un processus de transformation des rayons du soleil en énergie électrique.
Le système est composé de plusieurs éléments afin de le faire fonctionner :

  • panneaux constitués de cellules solaires à base de silicium : produisent un courant continu lorsqu’elles sont soumises à la lumière du soleil. Le silicium est présent au sien de ces cellules car c’est un matériau dit semi-conducteur.

Les cellules solaires se déclinent sous différentes formes ce qui influe sur leur puissance :

    • cellules monocristallines : ce sont les cellules qui offrent le meilleur rendement mais la fabrication du matériau est coûteuse
    • cellules polycristallines : le rendement est quelque peu inférieur à celui des cellules précédentes mais le coût de production est moins élevé. Ce bon rapport qualité / prix en fait donc le matériau le plus couramment utilisé dans les panneaux
    • cellules amorphes : le prix de fabrication est très faible, le rendement est proportionnel à ce dernier.
  • un onduleur ou un micro-onduleur : pour transformer l’énergie captée par les modules en courant alternatif
  • les câbles et un dispositif de protection de l’installation
  • un compteur électrique spécial permettant de comptabiliser l’électricité produite

Les panneaux sont disponibles entre 3 et 9 kWc et font généralement une taille d’un m².

La production d’énergie

L’énergie du soleil est récupérée et transformée puis revendue à EDF ou utilisée pour sa consommation personnelle.

  • Que faire de l’énergie récoltée ?

Il existe en effet plusieurs possibilités pour utiliser l’énergie produite par l’énergie solaire gratuite :

  • revente : la totalité de l’énergie produite est revendue au fournisseur
  • auto consommation : l'électricité produite par votre installation permet d’alimenter directement votre habitation. En cas de production d’énergie insuffisante due aux conditions climatiques par exemple (manque d’ensoleillement), il faut savoir que le réseau électrique basique prend le relais pour vous procurer l’énergie nécessaire.
  • mix auto consommation / revente : si la production est supérieure à la consommation, il est possible de revendre le surplus ou de le stocker dans le ballon d’eau chaude ou encore dans une batterie.

Il faut savoir qu’un kWc (kilowatt crête) est nécessaire pour produire entre 800 et 1400 kWh (kilowattheure) / an.
Le coût de la revente de l’énergie est de 0.1873 € par kWh, soit un prix supérieur à celui où nous l’achetons. Cela peut engendrer des revenus de l’ordre de 1800 € par an pour des panneaux d’une puissance de 6 kWc.

  • Les points forts

Les avantages de ce système ne sont pas négligeables. Ces derniers sont d’ordre :

  • écologique => énergie propre, réduction émission CO2, réduction rejet polluant, préservation de l’environnement, recyclables
  • économique => rentabilité et amortissement rapide, éligible aux aides de l’état
  • technique => peu de maintenance, installation rapide, résistants face aux intempéries,

Les étapes pré-installation, installation, post-installation

3 étapes sont à suivre si vous optez pour un tel système.

La phase administrative

En amont de l’installation, des démarches administratives seront à effectuer. En effet, en fonction du lieu géographique, il faudra se rapprocher ou non des Bâtiments de France afin de savoir si l’installation est autorisée.

Quoi qu’il en soit, une déclaration en mairie ainsi qu’auprès de fournisseur gérant le réseau sera impérative. Auprès de la DIDEME (Direction de la Demande et des Marchés Énergétiques), il sera nécessaire de faire une demande afin d’avoir l’autorisation d’exploiter une installation de panneaux solaires et de devenir producteur d’énergie. Il faudra également obtenir un certificat d’achat de l’électricité. Cette démarche est à faire auprès de la DRIRE (Direction Régionale de l’Industrie de la Recherche et de l’Environnement).
Selon les organismes, il faudra compter 2 à 3 mois pour l’obtention des documents.

Quelques modalités sont obligatoires pour l’installation. Il est nécessaire d’avoir :

  • une maison individuelle
  • un toit orienté sud et non ombragé
  • une toiture saine
  • une inclinaison du toit idéalement de 30 °

L’installation

Pour faire installer un système de panneaux, il faut se tourner vers le fournisseur d’énergie EDF (Electricité de France) ou bien vers des entreprises du secteur privé possédant une qualification pour le photovoltaïque.

Il est possible d’apposer les panneaux selon différentes manières sur l’habitation. Les panneaux peuvent donc être :

  • intégré au bâti : les panneaux servent de toiture, ils sont incorporés à cette dernière
  • en surimposition : les panneaux sont installés par-dessus la couverture, même si cette technique de pose est moins esthétique, il y a moins de problème d’étanchéité vu qu’on ne touche pas à la toiture et le coût est nettement moins élevé.
  • en toiture terrasse : quand cela est possible c’est l’idéal car les panneaux peuvent être orientés afin d’améliorer la production.

L’entretien

Concernant les modules, un entretien minimal est tout de même à effectuer consistant en un nettoyage régulier des panneaux.
En règle générale, les constructeurs indiquent que la longévité des panneaux se trouve entre 20 et 30 ans.
En revanche, pour l’onduleur, sa durée de vie est nettement moins élevée. En effet, il est à changer au bout de 10 ans.

Au bout de 10 ans, les panneaux ont une puissance maximale équivalente à 90 % de la puissance initiale. Au bout de 20 à 25 ans, une deuxième perte de puissance est observable. Les panneaux ne sont plus qu’à 80 % de leur puissance de base.
Un entretien annuel doit être effectué sur le système et tout particulièrement sur l’onduleur afin de permettre le bon fonctionnement de la structure.

Investissements financiers pour acquérir ce type de technologie

La facture globale est divisée de la façon suivante : les panneaux représentent 60 % du prix final, la pose 25 % et l’onduleur 15 %.
De manière générale, les prix pour la pose de panneaux de 3 kWc, pour la vente de l’énergie à EDF, varient entre 9000 et 12 000 €. Ce tarif comprend le raccordement à EDF.

Pour des panneaux ayant pour but l’autoconsommation, les prix sont autours de 10 000 €.
Les tarifs sont d’autant plus importants que la puissance est grande :

  • 3 kWc = 9000 €
  • 6 kWc = entre 12 000 et 15 000 €
  • 9 kWc = 16 000 et 22 000 €

Un panneau vaut entre 900 et 4500 € / kWc.

Si toutefois le prix de raccordement à EDF n’est pas compris, il faut savoir que cela vous en coûtera entre 800 et 1500 €.
Le prix est également influencé par d’autres facteurs tels que la surface à couvrir, le nombre de personnes du foyer, la marque, le type de pose ou encore la puissance.
Au bout de 10 ans, il faudra renouveler l’onduleur. Selon la puissance de ce dernier, les prix oscillent entre 1300 et 1750 €.

Aides

De nombreuses aides peuvent néanmoins vous permettre de faire diminuer la facture finale :

  • éco prêt à taux zéro
  • ANAH (Agence Nationale de l’Habitat)
  • l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie) peut fournir des aides financières
  • TVA réduite à 10 % si la puissance des panneaux n’est pas supérieure à 3 kWc. Au-delà, la TVA applicable est de 20 %.
  • prime à l’investissement pour autoconsommation

Actualités

L’Etat subventionne les dégagements de CO2 ...
Date: 04/07/2019
Auteur: Roger CADIERGUES
Retour sur les énergies renouvelables…
Date: 04/07/2019
Auteur: Roger CADIERGUES

Rechercher plus de contenu sur XPair