Isolation phonique

Isolation phonique

L'isolation phonique d'un bâtiment se pense dès la construction



Une bonne isolation phonique vous permet de réduire les nuisances sonores qui viennent de l’extérieur de votre logement, mais également de l’intérieur, d’une pièce à une autre. Pour ce faire, il convient d’isoler acoustiquement vos murs, vos ouvertures, comme vos fenêtres et vos portes, mais également vos sols, votre plafond et même vos équipements et autres appareils électroménagers sources de vibrations.

Le principe de l’isolation phonique

L’isolation phonique, appelée également isolation acoustique ou insonorisation, permet de réduire la perception des bruits dans un logement. La transmission des sons se fait de façon naturelle par l’air, on parle alors de bruits aériens, mais celle-ci peut se faire également au travers des objets solides, comme un plancher par exemple, c’est alors le terme de sons solidiens. Pour se prémunir des nuisances sonores, il est possible d’isoler phoniquement son logement. Pour cela, il convient de veiller à l’isolation acoustique de vos ouvertures, comme vos fenêtres et vos portes, mais également vos murs, votre plancher et votre plafond. Il est à noter que certains électroménagers, comme un lave-linge entre autres, peuvent être également sources de nuisances sonores.

La mesure d’une intensité sonore est exprimée en décibel, dB.

Une isolation phonique permet de vous prémunir :

  • des nuisances sonores qui viennent de l’extérieur de votre logement, comme les bruits provenant d’un trafic urbain, ferroviaire ou aérien.
  • des bruits aériens internes à votre logement qui se propagent d’une pièce à l’autre comme le son d’une chaîne HiFi ou de la télévision par exemple.
  • des bruits d’impacts ou de chocs qui se diffusent essentiellement par le plancher d’une pièce à l’ autre, ou d’une étage à l’autre, comme des bruits de pas ou de déplacement de meubles.
  • des sons émis par vos équipements domestiques, que ce soit votre électroménager, mais également le bruit d’une ventilation, d’une solution de chauffage ou provenant des canalisations.

 

Les différents types d’isolations phoniques

Les différentes méthodes d’isolation phonique sont régies par deux grandes lois :

La loi de la masse :
La masse même des matériaux permet d’atténuer la propagation des sons. En effet, il est facile de constater qu’un mur en béton protège mieux des nuisances sonores qu’une cloison en plâtre. Plus le matériau est lourd et compact, plus il freine les ondes sonores.

La loi masse-ressort-masse :
La plupart des bonnes isolation acoustiques fonctionnent selon la loi masse-ressort-masse. Comme son nom l’indique, il s’agit d'intercaler une matière “ressort” qui absorbe les chocs et les vibrations, entre deux masses. Pour être plus concret, cela peut consister à insérer une couche d’isolant entre deux parois.

 

  • L’isolation acoustique des murs

L’isolation phonique de vos murs, ou de vos cloisons intérieures, vous permettra d’atténuer les nuisances sonores provenant de l’extérieur de votre logement, mais de l’intérieur, entre vos différentes pièces. Plusieurs techniques de pose sont possibles :
- la méthode des panneaux “sandwichs” contenant un isolant acoustique renfermé entre deux couches de plaques de plâtre.
- la méthode de pose sur ossature : il s’agit d’une ossature en bois ou en métal qui est fixée sur vos murs, sur votre plancher ou sur votre plafond. Des couches d’isolant sont ensuite posées entre les montants, le tout est recouvert par une plaque de plâtre qui vient se positionner sur l’ossature.

 

  • L’isolation acoustique des sols

L’isolation phonique des sols peut atténuer les bruits solidiens, comme les bruits d’impacts ou de chocs, mais également les bruits aériens provenant de la pièce d’à côté par exemple. Elle permet de limiter les désagréments sonores que subissent vos voisins du dessous. Il est parfois suffisant d’installer un simple tapis épais dans la chambre des enfants pour limiter les bruits, ou une moquette épaisse. Pour réduire les nuisances causées par des bruits aériens, il est possible d’appliquer une couche d’isolant sous un revêtement de sol, comme des lames de parquet par exemple.

 

  • L’isolation acoustique par le plafond

À l’inverse, si les nuisances sonores viennent de l’étage du dessus et que vos voisins n’ont pas procéder à une isolation phonique de leurs sols, il est possible de faire réaliser une isolation acoustique de votre plafond. Deux méthodes s’offrent alors à vous :
- la méthode du sous-plafond collé est, comme son nom l’indique, une plaque de matériau isolant collé directement sur la paroi de votre plafond.
- la méthode de sous-plafond fixée sur une ossature métallique est la technique de pose la plus performante quand il s’agit d’isoler votre plafond. Comme pour une isolation de vos murs, celle méthode de pose consiste à fixer une ossature à la paroi, de placer votre isolant entre les montants, puis de poser votre revêtement qui viendra d’arrimer à votre ossature.

 

  • L’isolation acoustique des ouvertures

Pour vous prémunir des bruits aériens provenant de l’extérieur, comme le trafic urbain par exemple, il convient de privilégier, pour vos fenêtres du double, voire du triple vitrage. En effet, cela permet non seulement de réaliser une bonne isolation thermique et acoustique. Le principe du double vitrage utilise, lui aussi, la loi de masse-ressort-masse. Un gaz est injecté entre deux vitres superposées, d’une épaisseur de 4 mm en règle générale. Le gaz le plus employé pour ce type de vitrage est le gaz argon. Quand il s’agit de triple vitrage, une épaisseur de vitre est ajoutée pour renforcer le pouvoir isolant de vos fenêtres.

Une bonne isolation phonique passe également par une attention particulière à vos portes. Pour éviter les désagréments, il est conseillé d’opter pour des portes intérieures, qui séparent les pièces les unes des autres, dites “acoustiques” dotées de joints permettant de venir compléter la bonne isolation de celle-ci. Une porte intérieure offrant une isolation phonique de 28 dB au minimum est recommandée. Pour finir, il convient également de choisir une porte d’entrée blindée pour vous préserver des bruits venant de l’extérieur de votre logement.

 

  • L’isolation acoustique des équipements

Certains équipements peuvent produire également des désagréments acoustiques, comme un lave-linge, un lave-vaisselle ou un sèche-linge par exemple. Pour réduire considérablement les nuisances, il convient d’installer vos appareils sur un tapis anti-vibrations qui pourra amortir les ondes et donc réduire leur impact sonore. Si les bruits d’écoulement d’eau se font entendre depuis vos pièces à vivre, il existe des cylindres, souvent composés de mousse ou de polystyrène, pour recouvrir vos gaines, et ainsi réduire les sons provenant de vos canalisations.

 

Les différents matériaux pour l’isolation phonique

Il existe une multitude matériaux qui permet une bonne isolation phonique, mais également thermique. Quand il s’agit de vos fenêtres, comme expliqué précédemment, il convient d’installer du double vitrage a minima. Pour assurer une bonne isolation de vos sols, une couche de polyéthylène installée sous vos lames de parquet permet de vous prémunir des bruits aériens et solidiens.

Pour une bonne isolation phonique de vos murs, celle-ci peut se faire par l’extérieur, avec des matériaux tels que de la laine de roche, du chanvre, du liège expansé ou de la laine de verre. Pour isoler de l’intérieur, la fibre de lin, la laine de coton, l’argile expansée ou la pousse phénolique sont de très bon isolants à la fois thermique et acoustique.

Savoir faire / Parole d'expert

Acoustique et aéraulique
Date: 14/01/2020
Type: Savoir-faire

Actualités

Génie climatique : tendance plutôt mal orientée en Ile-de-France
Date: 04/07/2019
Type: Actualité ThermPresse
Génie climatique : du mieux en Ile-de-France
Date: 04/07/2019
Type: Actualité ThermPresse
Retours d’expérience: risques bâtiments performants
Date: 04/07/2019
Type: Chroniques techniques

Rechercher plus de contenu sur XPair