Chargement...

Extracteur d’air

Extracteur d'air

Extracteur d'air

L’air d’un logement a besoin d’être régulièrement assaini, notamment dans les pièces humides. L’extracteur d’air peut alors devenir une excellente réponse afin d’extraire l’air vicié et permettre un bon renouvellement de l’air. Choisir un système adapté est donc important et cet article va vous guider dans votre sélection.

Qu’est-ce qu’un extracteur d’air ?

L’extracteur d’air (ou aérateur) consiste en un dispositif dont la vocation est de débarrasser les pièces équipées de leur humidité ainsi que des éventuelles mauvaises odeurs (notamment en cuisine) et de garantir un bon renouvellement de l’air ambiant. Avec un tel équipement, il est donc possible d’obtenir des pièces assainies, délestées de leur pollution. Véritable alternative à la VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) qu’il n’est pas toujours possible de mettre en oeuvre, ce système s’avère moins onéreux (aussi bien à l’achat qu’à la pose), plus économe et moins bruyant.

Composé d’un boîtier en plastique doté d’un ventilateur, l’extracteur d’air est installé derrière une grille. Dans la pratique, ce petit équipement est installé dans les pièces humides, soit les pièces d’eau qui englobent les WC, la salle de bains ou de douche ou encore la cuisine. Généralement, ils sont placés juste au-dessus des sorties d’eau (douche, baignoire, évier…), soit directement sur le mur, soit sur le plafond.

Côté méthode de fonctionnement, elle sera fonction du modèle sélectionné et dispose, contrairement à la VMC, d’un système autonome et indépendant. Ainsi, entre le détecteur d’humidité ou de présence, l’interrupteur lumineux ou par cordelette, différentes solutions sont envisageables.

Selon le modèle choisi, il est possible de les mettre en marche au moyen d’une temporisation, d’un interrupteur de type cordelette ou lumineux, d’une cellule infrarouge qui détecte une présence ou d’un détecteur d’humidité réglable. Bien entendu, ces réglages doivent être en adéquation avec les besoins du logement. Le modèle le plus efficace reste la version avec détecteur d’humidité qui se déclenche dès que nécessaire.

Les composants d’un extracteur d’air

En termes de matériel, les systèmes d’extraction d’air sont dotés de trois éléments bien spécifiques.

L’extracteur

Premier élément capital du système, l’extracteur. Ce dernier est mis en place le plus haut possible (sur le mur ou au plafond). Lorsque plusieurs extracteurs sont installés dans un logement, chacun fonctionne de manière totalement indépendante. Ainsi placés au plus près de l’humidité, ils permettent le rejet de la pollution directement vers l’extérieur du logement.

La grille plastique

Cette grille joue un double rôle. En effet, lorsque l’extracteur est en fonctionnement, elle offre une porte de sortie à l’air vicié. Le reste du temps, c’est via cette même grille que l’air sain peut entrer dans les pièces pour un bon renouvellement.

Le détalonnage

Le détalonnage se fait via les portes et/ou les grilles extérieures. Dans certains cas, l’extracteur permet la sortie d’air vicié mais pas l’entrée d’air neuf. Dans ce cas le détalonnage est indispensable au bon renouvellement de l’air intérieur. Pour ce faire, deux possibilités sont envisageables :

  1. le détalonnage d’une porte : cette action consiste à faire en sorte que l’air puisse passer sous la porte.
  2. le détalonnage d’une grille extérieure : cette autre action consiste en la mise en place d’une grille permettant l’entrée d’air dans le logement.

Les modèles

Deux types d’équipements existent pour doter un logement d’aérateurs :

  1. l’extracteur d’air tubulaire : composé d’une gaine qui amène l’air vicié jusqu’à la grille d’évacuation.
  2. l’extracteur d’air mural : en contact direct avec l’extérieur.

Par ailleurs, on différencie :

  1. les extracteurs d’air intermittents : ces versions se mettent en marche via un programmateur, un interrupteur ou un détecteur (humidité ou mouvement). Puisqu’ils ne fonctionnent pas en tout temps, ils sont peu gourmands en électricité.
  2. les extracteurs d’air permanents : avec un fonctionnement en tout temps, ces extracteurs proposent des vitesses variables modifiables selon le degré d’utilisation de la pièce. Cette variation pourra être commandée manuellement ou via un détecteur d’humidité.
  3. les extracteurs d’air ponctuels : dans ce cas, il est question d’un moteur d’extraction qui vient se placer dans les conduits de ventilation existants.

Dans les deux cas, il faudra s’assurer que le matériel réponde bien à certains critères tels que :

  1. débit en m3/h suffisant
  2. niveau sonore
  3. consommation électrique
  4. clapet anti-retour : évite le retour de courant d’air frais

Faire le bon choix d’extracteur d’air

La performance

Concernant la performance, c’est sur le débit d’air en m3/h qu’il faut s’appuyer. Pour vous permettre de vous orienter vers le modèle le plus adapté, l’arrêté du 24 mars 1982, dans ses articles 3 et 4, vous apporte quelques indications en termes de débit par rapport à la surface habitable. Ainsi, les données suivantes peuvent, déjà, guider votre choix :

  1. 50 m³/h pour un logement de type T1.
  2. 60 m³/h pour un logement de type T2.
  3. 80 m³/h pour un logement de type T3.
  4. 105 m³/h pour un logement de type T4 et plus.

Le côté esthétique

Si les extracteurs directement intégrés dans une gaine ne nécessitent pas de recherche particulière en termes d’esthétique, ce n’est pas le cas des versions qui seront visibles dans le logement. Alors, cet aspect prendra une certaine importance au moment du choix puisque l’appareil deviendra presque un élément de décoration. Pour répondre à cette attente, les fabricants proposent des designs variés du plus basique ou plus élaboré, des décors interchangeables, etc.

Le confort

Autre point important à l’heure de la sélection, le confort, et notamment le confort auditif. En effet, certains appareils sont plus silencieux que d’autres lors de leur fonctionnement. Ce niveau sonore est exprimé en décibels.
Par ailleurs, le confort passe aussi par les différentes options accessibles sur ce type de matériel. Entre l’accès à des vitesses variables, à un hygrostat, à une mise en route automatique, à une programmation ou encore une temporisation, les fonctionnalités peuvent répondre à des attentes bien spécifiques.

Les avantages d’un extracteur d’air

Divers avantages peuvent être mis en avant. Les principaux sont les suivants :

  1. installation simple
  2. équipement discret
  3. peut devenir décoratif selon les designs
  4. peu consommateur en électricité
  5. permet de lutter contre :
    1. l’humidité
    2. les moisissures
    3. la condensation

L’installation d’un extracteur d’air

La pose d’un extracteur d’air ne nécessite que très peu de travaux. En effet, en règle générale, il suffit de percer le support (mur ou plafond), d’y intégrer la gaine (entre 80 à 125 mm de diamètre) menant vers l’extérieur puis de fixer l’extracteur.
Un simple raccordement au réseau électrique sera nécessaire pour le faire fonctionner, à moins qu’il ne s’agisse d’un modèle en 12 V auquel cas ce raccordement ne sera pas attendu.

Le prix d’un extracteur d’air

Selon la puissance et le niveau de gamme de l’extracteur d’air, mais aussi selon le type de modèle sélectionné, le prix de votre équipement pourra varier considérablement. Avec un prix de départ autour de 20 € hors pose, il peut aller jusqu’à 500 €, toujours en hors pose.

Voici quelques ordres de tarifs, hors pose, qui vous permettront de vous faire une idée plus précise en la matière :

  1. l’extracteur d’air intermittent :
    1. automatique avec détecteur d’humidité : 50 à 150 €
    2. automatique avec détecteur de présence infrarouge : 80 à 100 €
    3. par interrupteur : 20 à 200 €
    4. manuel avec cordelette : 25 à 80 €
    5. avec minuterie à plage horaire fixe : 25 à 125 €
  2. l’extracteur d’air permanent :
    1. permanent-intermittent (passe sans contrainte du mode permanent au mode intermittent) : dès 65 €
    2. à double flux : dès 360 €
    3. hygroréglable : dès 110 €
  3. l’extracteur d’air ponctuel : 150 à 200 €

Pour la pose, il faudra prévoir un budget autour de 45 à 60 € de l’heure selon le modèle.

Savoir faire / Parole d'expert

Le plafond climatique pour un confort accru
Date: 16/05/2018
Type: Parole d'expert

Actualités

Confort ou conforts au pluriel ?
Date: 14/05/2013
Auteur: Christian CARDONNEL
Ventilation – Le confort oublié
Date: 15/02/2017
Auteur: Alain MAUGARD
Les calculs de consommation ...
Date: 21/07/2010
Auteur: Roger CADIERGUES

Rechercher plus de contenu sur XPair