Chargement...

Chauffage au bois

Chauffage au bois

Chauffage au bois avec un poêle de masse

Le chauffage bois est une solution à la fois économique et écologique. De nombreuses possibilités existent dans ce domaine. Découvrez les différents équipements, leur fonctionnement et leur rendement. Trouvez quelques conseils qui vous permettront de vous faire une première idée sur ce système de chauffage.

Une énergie propre

Si l’on compare l’impact de la filière bois (énergies fossiles pour extraire le bois, le transformer et le transporter, plus ses émissions de CO²) à celui des autres combustibles, le résultat obtenu depuis une étude de l’ADEME est le suivant :

  1. l’électricité impacte 4 à 23 fois plus ;
  2. le gaz impacte 5 à 30 fois plus ;
  3. le fioul impacte 11 à 60 fois plus.

Les bûches traditionnelles

Mesuré en stère, le bois est coupé en bûches. Un stère équivaut à :

  1. 1 m³ si ces bûches font un mètre de long ;
  2. 0,8 m³ avec des bûches de 50 cm ;
  3. 0,7m³ avec des bûches de 33 cm.

En termes de prix, le bois de chauffage se chiffre entre 55 à 100 € le stère avec une TVA à 10 %. Différents critères viennent influer sur ce tarif.

Critères

Explications

essence de bois

  1. certaines essences de bois, telles que le chêne, sont plus onéreuses car elles poussent plus lentement que d’autres

degré d’humidité

  1. plus le bois est sec, plus il est énergétique
  2. plus le bois est énergétique, plus il est cher

longueur de bûches

  1. taillées en 1 m, les bûches requièrent moins de travail (manutention, découpe, transport) que celles coupées en 50, voire en 33 cm

région

  1. plus il y a de forêts dans une région, plus il y a de bois ce qui en fait baisser le prix

lieu de livraison

  1. le livreur appliquera des frais en fonction de la distance à parcourir

période de livraison

  1. au printemps, le bois de chauffage est plus abordable puisqu’il s’agit d’une période creuse pour ces professionnels

volume commandé

  1. selon le volume commandé, des prix dégressifs pourront être appliqués
  2. certains professionnels proposent des livraisons à partir d’un volume donné

 

Les granulés de bois ou pellets

Les granulés, ou pellets, sont le résultat du compactage des sciures de bois. Conditionnés en vrac, en sac ou en conteneur rigide, ces petits cylindres de 2 cm de long pour 6 mm de diamètre alimentent les chaudières (ou poêle) à granulés grâce à leur haut pouvoir calorifique de 5 kWh / kg. Ce combustible offre des avantages multiples tels que, notamment, la possibilité de se diriger vers un approvisionnement automatique du poêle (les granulés sont alors stockés dans un silo dédié), une combustion optimale et régulière, un rendement optimal.

Les briquettes

Autrement appelées “bûches densifiées”, les briquettes sont des bûches reconstituées à partir de sciures de bois via un compactage. Les bûchettes ainsi obtenues mesurent environ 20 cm de long. En comparaison des bûches habituelles, ce combustible permet une montée en température rapide, une combustion plus lente ainsi qu’une chaleur constante grâce à son très bon pouvoir calorifique.

Les plaquettes

Les plaquettes sont des résidus de bois déchiqueté qui permettent d’alimenter les chaudières reliées à des silos. Ces copeaux demandent un volume de stockage relativement élevé (des silos de 30 m3) mais évitent un rechargement fréquent de la chaudière.

Quel combustible choisir ?

Selon le matériel choisi, il faudra adapter le combustible.

 

Bûches

Granulés

Briquettes

Plaquettes

Compatibilité matérielle

  1. cheminée en foyer ouvert et fermé
  2. insert
  3. poêle à bois
  4. chaudière à bois
  1. poêle à granulés
  2. Chaudière à granulés avec système d’alimentation par silo
  3. insert à granulés
  1. cheminée en foyer ouvert et fermé
  2. insert
  3. poêle à bois
  4. chaudière à bois
  1. chaudières à alimentation automatique

Incompatibilité matérielle

  1. appareils à granulés
  1. appareils à bois classiques
  1. appareils à granulés
  1. appareils ne disposant pas d’un système de silo

Prix de fourniture

  1. entre 55 à 100 € la stère
  1. entre 180 € et 230 € la tonne en vrac
  2. entre 250 € et 300 € la tonne en sacs

ramené au kWh, ce coût est légèrement supérieur à celui des bûches

  1. 200 € à 300 € la tonne ou la palette

ramené au kWh, ce coût est comparable à celui des bûches

  1. environ 25 € par mètre cube apparent (MAP)

 

Les labels

Gage de qualité, les labels en disent long sur les produits.

Flamme Verte

Né en 2000 de l’initiative de fabricants d’équipement et de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), le label Flamme Verte met en avant les chaudières domestiques au bois et les appareils indépendants, dotés de 5 étoiles, les plus performants. Lorsqu’il est affiché, vous pouvez alors compter sur l’éligibilité au CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) dont il sera question plus loin. Il certifie également que l’équipement est conforme aux normes de sécurité en vigueur. Par ailleurs, il annonce une très faible émission de polluants ainsi qu’un rendement supérieur ou égal à 70 %.

Flamme Verte

Né en 2000 de l’initiative de fabricants d’équipement et de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), le label Flamme Verte met en avant les chaudières domestiques au bois et les appareils indépendants, dotés de 5 étoiles, les plus performants. Lorsqu’il est affiché, vous pouvez alors compter sur l’éligibilité au CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) dont il sera question plus loin. Il certifie également que l’équipement est conforme aux normes de sécurité en vigueur. Par ailleurs, il annonce une très faible émission de polluants ainsi qu’un rendement supérieur ou égal à 70 %.

Qualibois

Label dédié aux professionnels installateurs de systèmes de chauffage au bois chez les particuliers, Qualibois vise à développer la qualité des services en lien avec la pose des équipements depuis le simple conseil au SAV. Mais l’objectif est également de rassurer les clients et les encourager à se diriger vers un professionnel compétent qui disposera de toutes les assurances obligatoires (décennale, responsabilité civile). Côté professionnels Qualibois diffuse et promeut les bonnes pratiques d’installation au travers, notamment, du renouvellement annuel du label.

NF Bois de chauffage

Et le combustible est, lui aussi, accompagné d’un label. Le marquage NF 332 est la garantie d’un bois de chauffage de qualité et est délivré par l’AFNOR (Association française de normalisation). Pour les bûches, ce label atteste d’un classement en lien avec l’humidité (H1 bois sec prêt à l’emploi - H2 bois à stocker avant utilisation), du respect du groupe d’essences et du respect de la quantité livrée. Par ailleurs, concernant le matériel, le logo NF garantit la conformité par rapport aux normes françaises, européennes et internationales.

Les différents modes de chauffage au bois

La cheminée à foyer ouvert

Dans le cas d’une cheminée à foyer ouvert, ce sont l’ambiance et l’allure de cette dernière qui sont recherchées plus que les caractéristiques techniques. Avec ses 15 % de rendement, elle est, aujourd’hui, plus un élément décoratif qu’un réel mode de chauffage. Ce côté esthétique se veut traditionnel ou plus moderne, notamment grâce aux matériaux (brique, bois, granit, acier, verre…) pouvant servir à sa conception.

La cheminée à foyer fermé ou l’insert

Que ce soit une cheminée à foyer fermé ou un insert, il s’agit alors d’un corps de chauffe réalisé en acier ou en fonte. Ce dernier est complété d’une porte, vitrée ou non, et d’un tubage du conduit.
Ce type d’équipement permet de produire de la chaleur par un principe de rayonnement et, en termes de rendement, il est possible d’en obtenir un entre 70 et 80 % dans le cas des nouveaux inserts. Comparés à un foyer ouvert, ces matériels émettent près de 10 fois moins de monoxyde de carbone et sont moins consommateurs de bois.

Le système de distribution d’air chaud

Avec un système de distribution d’air chaud, il est possible de répondre aux besoins de chauffe d’un logement. Si la cheminée à foyer ouvert n’apporte que peu de chaleur, son homologue à foyer fermé et l’insert peuvent par contre, équipés d’un bon système de distribution, devenir d’excellentes sources de chauffage. En effet, une telle installation couplée peut permettre de chauffer un volume bien plus conséquent que la seule pièce abritant l’âtre.

Installé dans les combles ou dans la hotte, dans le respect des normes de sécurité et des avis techniques, le système a pour objectif de redistribuer l’air chaud produit dans les différentes pièces du logement. Trois principes de fonctionnement pourront être utilisés : la convection naturelle, le soufflage ou l’extraction. A l’instar du conduit de cheminée, ce système de distribution devra faire l’objet d’un contrôle annuel par un professionnel.

En termes de résultats, un tel principe permet à la fois de faire des économies d’énergie et de réduire ses dépenses de chauffage tout en bénéficiant d’une chaleur durable et constante dans le logement grâce à un rendement encore optimisé de la cheminée ou de l’insert. A noter que cette distribution peut également être associée à un poêle à bois ou à granulés.

Le poêle à granulés

Egalement connu sous le nom de poêle à pellets, cet appareil offre des avantages multiples. Le principe de fonctionnement pourrait être comparé à celui d’une cheminée à foyer fermé. En effet, le poêle produit de la chaleur par la combustion des granulés, en résultent des cendres qu’il faut régulièrement évacuer et les fumées de la combustion sont rejetées par un conduit.
Ce type de poêle peut fonctionner selon deux principes : la convection ou la ventilation.

  1. La convection : l’air chaud se propage par convection naturelle.
  2. La ventilation : l’air chaud est diffusé plus rapidement à l’aide d’un système de ventilation.

Côté combustible, le poêle dispose d’un réservoir de stockage des granulés. Cela permet de ne pas avoir à recharger l’appareil aussi souvent que lorsqu’il s’agit de bûches. En termes de capacités, ces réservoirs accueillent généralement 20 kg. Bien entendu, plus la capacité du réservoir est grande et plus l’appareil est autonome, une autonomie qui peut s’étendre sur plusieurs jours. D’ailleurs, certains de ces poêles sont même dotés d’un programmateur permettant de notifier des horaires d’allumage et d’extinction de manière à optimiser plus encore son fonctionnement.
Avec un appareil correctement réglé, il est possible d’atteindre un rendement de 80 à 90 %.

Le poêle à bois

Il existe différents types de poêles à bois que nous vous proposons de découvrir dans le tableau ci-dessous :

Les différents types de poêle à bois

Type

Principe

Fonctionnement

Aspect financier

Rendement

poêle classique

  1. très répandu dans les anciennes habitations
  2. séduit par son charme d’antan
  3. vaste panel d’offre
  4. dimensions variées : les petits formats satisfont ceux qui ont peu de place et souhaitent un chauffage d’appoint
  5. les modèles en acier et en fonte sont les plus courants
  1. fonctionne par convection
  2. poêle en acier : chauffe rapidement mais stocke peu la chaleur
  3. poêle en fonte : monte moins vite en température mais restitue plus longtemps la chaleur
  4. généralement utilisé comme chauffage d’appoint
  1. moins cher que les autres
  2. ils ne sont pas tous labellisés Flamme Verte
  1. dépasse rarement les 50 %
  2. niveau d’autonomie faible en rapport des poêles avoisinant les 80%

 

poêle à post combustion ou à double combustion

  1. véritable élément de décoration recouvert d’acier ou de fonte
  2. la fonte peut être habillée de pierre ollaire
  1. plus complexe que le poêle classique
  2. le modèle est équipé de deux arrivées d’air
  3. première arrivée d’air : combustion primaire (combustion du bois)
  4. deuxième arrivée d’air : brûle les gaz et particules ayant échappés à la combustion primaire (placée dans la partie supérieure de l’appareil)
  1. prix plus élevé que les poêles classiques
  2. de nombreux poêles à post combustion sont labellisés Flamme Verte 5 étoiles
  1. rendement plus élevé que les poêles classiques
  2. rendements pouvant atteindre de 60 à 85 %
  3. combustion qui réduit les pertes de gaz inutiles et les émissions de CO²

poêle à accumulation de chaleur ou poêle de masse

  1. fabriqué dans des matériaux accumulant la chaleur et la restituant progressivement : briques réfractaires, béton réfractaire, stéatite ou pierre ollaire
  2. recommandations :
    1. installer au centre du logement : diffusion optimale de la chaleur
    2. très lourd (de 500 kg à 6 tonnes) : installer en rez-de-chaussée ou renforcer le plancher à l’étage
  3. volumineux : requiert plus de place qu’un poêle traditionnel
  4. autonomie de 8 à 20 heures : rechargement moins fréquent (plus il est lourd, moins il requiert de combustible)
  1. le poêle diffuse sa chaleur par rayonnement
  2. stocke la chaleur dans la masse
  3. diffusion plus douce qu’un poêle classique
  4. permet de limiter les surchauffes
  5. la forte inertie du poêle nécessite environ 2 heures pour atteindre les 900° à 1 000°C
  6. système de double combustion à haute température et sortie de fumées à basse température
  1. label Flamme Verte
  2. ouvre droit au crédit d’impôt
  1. le plus performant
  2. combustion quasi complète et non polluante
  3. un rendement pouvant aller jusqu’à 90 %

 

La chaudière à bois

Une chaudière à bois pourrait, dans son fonctionnement, être comparée à la chaudière à fioul. La grande différence est son combustible. Ainsi, c’est à l’aide de la combustion du bois que le liquide caloporteur est chauffé avant de circuler dans le réseau de chauffage central. Le bois peut être utilisé sous forme de plaquettes, de bûches, de briquettes ou de granulés, certains modèles peuvent même accepter aussi bien les bûches que les granulés. Avec des possibilités d’alimentation manuelle ou automatique, ce type de chaudière présente un rendement d’au moins 80 % en chargement manuel et 85 % en chargement automatique.

Impérativement installée par un professionnel RGE (Reconnu garant de l’environnement), elle sera aussi contrôlée annuellement. En termes d’investissement de départ, il faudra prévoir, selon différents critères (marque, performance, modèle…), un coût de fourniture et pose de 2 000 à 3 000 €.

A noter que, pour optimiser plus encore le fonctionnement de cette chaudière, elle peut être couplée à un ballon d’hydro-accumulation. Ce dernier pourra alors stocker le surplus de calories produites afin de le restituer lorsque l’appareil est en arrêt.

Les avantages et inconvénients

Comme tout équipement, chaque solution présente à la fois des avantages et des inconvénients :

Solutions

Avantages

Inconvénients

cheminée à foyer ouvert

  1. crée une belle atmosphère : visuelle et sensorielle
  2. nombreux styles : du plus rustique au plus contemporain
  3. vaste choix de matériaux : briques, pierre, acier, marbre, inox…
  4. large gamme de prix
  1. faible rendement : 15 %, c’est un simple chauffage d’appoint
  2. consommation de bois relativement élevée
  3. rechargement très régulier en bois
  4. faible niveau de sécurité : risques de projections

foyer fermé ou insert

  1. consommation inférieure à celle du foyer ouvert
  2. rendement : jusqu’à 80 %
  3. autonomie 4 à 5 fois supérieure au foyer ouvert
  4. compatible avec le système de récupération de chaleur
  5. sécurité accrue de par la vitre du foyer
  6. personnalisation possible avec un cadre pour cheminée
  1. plaisir visuel moindre que le foyer ouvert
  2. requiert le nettoyage fréquent de la vitre

poêle à granulés

  1. biocombustible excellent
  2. granulés faciles à utiliser
  3. autonomie accrue : tous les 2 à 3 jours avec le système automatique
  4. rendement : plus de 80 %
  5. moins de cendres et de fumées que les bûches
  6. programmation possible
  7. régulation de température facile
  1. dépendant du réseau électrique
  2. le moteur de propulsion de chaleur génère quelques nuisances sonores
  3. doit être parfaitement réglé

poêle à bois

  1. modèles récents peu polluants
  2. installation moins complexe que la construction d’une cheminée
  3. taille réduite par rapport à la cheminée
  4. relativement simple à installer
  5. rendement : de 50 à 80 %
  6. production d’une chaleur diffuse et longue
  7. large choix de modèles
  8. vaste gamme de prix
  1. bûches : espace de stockage indispensable et prévoir les approvisionnements
  2. respecter un périmètre de sécurité autour de l’appareil
  3. vision du feu limitée en rapport des foyers ouverts ou fermés
  4. rechargement en bois régulier

chaudière à bois

  1. simple d’utilisation
  2. bonne puissance de chauffe
  3. peu polluante
  4. production d’une chaleur douce et confortable
  1. bûches : espace de stockage indispensable et prévoir les approvisionnements
  2. rechargement en bois régulier

 

Les critères de sélection

Le choix d’un type de chauffage au bois ou d’un autre découlera d’une réflexion basée sur différents critères.

Critères

Ce qu’il faut savoir

L’usage

  1. Utilisation :
    1. occasionnelle
    2. régulière : un chauffage d’appoint
    3. solution de chauffage principale

Le style

  1. l’appareil doit pouvoir s’intégrer dans l’environnement déjà créé
    1. traditionnel :
      1. le charme de l’ancien est repris par des matériaux tels que le bois, la pierre, la brique, mais aussi par une hotte en plâtre crépi et de belles poutres en chêne
      2. une note décorative dans le logement : fonte, acier ou habillé de pierres ou de céramique
    2. contemporain :
      1. quête de la fonctionnalité et de l’efficacité
      2. un design fait de lignes droites, de formes épurées et simples : une décoration minimaliste et moderne
      3. les principaux matériaux sont alors l’acier, le béton et le verre
      4. les formats panoramiques 16/9ème, mais aussi les foyers à multi-faces, verticaux ou suspendus répondent à ce style

L’installation existante

  1. achat d’un appareil de chauffage au bois :
    1. les solutions possibles :
      1. Foyer ouvert ou cheminée
      2. Foyer fermé ou insert
      3. Poêle à bois
      4. Poêle à granulés
    2. les éventuels travaux à prévoir selon l’existant :
      1. création d’un conduit de fumée isolé
      2. mise en conformité du conduit existant
      3. tubage du conduit maçonné
  2.  transformation d’une installation existante
    1. passer de la cheminée en foyer ouvert à la cheminée en foyer fermé :
      1. intégration d’un insert
    2. passer de la cheminée au poêle :
      1. destruction de la cheminée en place afin d’utiliser le conduit existant pour le nouvel appareil, prévoir le tubage
      2. intégration du poêle dans le foyer ouvert s’il est assez grand, prévoir le tubage
    3. changer le poêle ou la chaudière :
      1. remplacement de l’appareil

Le rendement

  1. le rendement est fonction du matériel :
    1. cheminée à foyer ouvert : faible rendement 15 %
    2. poêles à bois ou foyers fermés / inserts : rendements de 50 à 80 %
    3. poêles à granulés : rendement de 80 à 90 %
    4. chaudières : au moins 80 à 85 % de rendement
  2. le rendement varie est aussi fonction de :
    1. date de conception
    2. puissance
    3. qualité du combustible
    4. niveau d’isolation du logement
  3. quelques conseils :
    1. ne pas opter pour un appareil surdimensionné : souvent sous-utilisé, il fonctionne mal
    2. plus le rendement est important, moins l’appareil consomme

Le prix

  1. le prix est fonction de :
    1. la technologie
    2. la durée de vie
    3. la qualité des matériaux
    4. le design
  2. comparatif de prix d’achat :
    1. cheminée à foyer ouvert : 500 à 5 000 €
    2. cheminée à foyer fermé : 1 000 à 5 000 €
    3. insert : 500 à 3 000 €
    4. poêle à granulés : 1 500 à 15 000 €
    5. poêle à bois : 400 à 16 000 €
    6. chaudière à bois : 7 000 à 23 000 €

 

L’entretien

Le ramonage

Obligation légale, le ramonage doit être effectué deux fois par an par un professionnel qui vous délivre une attestation. Il est idéalement recommandé de faire procéder à cette opération d’entretien avant et à l’issue de la saison hivernale. En cas de sinistre, l’absence de ramonage pourrait vous être très dommageable face à votre assureur qui serait alors en droit de vous refuser toute prise en charge.

L'entretien d'un poêle à bois ou d'un insert

Afin de conserver les meilleures performances possibles de votre équipement, en plus du ramonage, il vous faudra effectuer quelques opérations d’entretien :

  1. une à plusieurs fois par semaine :
    1. vider le cendrier
    2. nettoyer la vitre
  2. une fois par an :
    1. changer le joint de la vitre

 

L'entretien d'un poêle à granulés

De la même manière, diverses opérations de nettoyage sont à prévoir pour le poêle à granulés :

  1. à chaque rechargement :
    1. nettoyer le silo de réserve
    2. nettoyer le brasier
  2. une à plusieurs fois par semaine :
    1. vider le cendrier
    2. nettoyer la vitre
  3. une fois par an :
    1. révision complète par un professionnel

Les aides fiscales

Afin de vous aider dans votre volonté d’utiliser une énergie moins polluante et un matériel plus économique, l’Etat et les collectivités, voire des entreprises vous proposent des crédits et des subventions capables d’alléger votre budget. Ce sont des aides qui permettent parfois de franchir le pas.

Aide

Présentation

Conditions

Crédit d’Impôt Pour la Transition Energétique (CITE)

  1. aide de l’Etat
  2. crédit d’impôt sur l’achat d’un appareil de chauffage au bois estampillé Flamme Verte 5 étoiles
  3. 30% du prix TTC de l’appareil.
  4.  
  5. les travaux éligibles au CITE sont assortis du taux de TVA réduit à 5.5%
  1. limité à 8 000 € pour une personne seule
  2. limité à 16 000 € pour un couple
  3. ajout de 400 € par personne à charge
  4. crédit valable par période de 5 années pour le logement principal
  5. logement achevé depuis plus de deux ans
  6. cumulable avec le PTZ pour les foyers modestes
  7. matériel fourni et installé par un professionnel RGE

taux de TVA réduit

  1. valable pour les travaux d'amélioration de la performance énergétique des logements
  2. valable aussi pour les travaux induits : pose, installation et entretien des équipements éligibles au CITE (isolation, arrivées d’air, conduits de fumée et de raccordement, diffusion et distribution d’air chaud)
  3. taux réduit de 5,5 %
  1. travaux réalisés par un professionnel
  2. dispositif visant les locaux d'habitation achevés depuis plus de deux ans

aide de l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat)

  1. programme Habiter Mieux pour les propriétaires occupants
  2. réalisation de travaux de rénovation thermique
  1. sous certaines conditions de ressource

éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ)

  1. pour le financement de travaux d’économie d’énergie et les frais induits
  2. vise à rendre le logement plus économe en énergie et moins polluant
  1. travaux réalisés par les entreprises RGE

aides des collectivités territoriales

  1. régions, départements ou communes
  2. subvention aidant à financer l’achat d’appareil de chauffage au bois ou ses travaux d’installation

 

Savoir faire / Parole d'expert

Modules Thermiques d’Appartement
Date: 17/05/2019
Type: Savoir-faire

Actualités

Cardonnel : Smart Thermogène Grid. Chauffage bois. Solaire ...
Date: 31/10/2012
Type: Actualité ThermPresse
Chauffage au bois, en ville aussi c’est possible
Date: 01/07/2013
Type: Reportage photos
PAC, Climatisation, CESI et le chauffage au bois ...
Date: 03/07/2013
Type: Actualité ThermPresse

Rechercher plus de contenu sur XPair