Chargement...

Label hqe

LabelHQE

Logo label HQE



Le label HQE ou la certification haute qualité environnementale est spécifiquement dédié au secteur du bâtiment. C'est en 2004 que ce concept de démarche environnementale est né en France pour les travaux de construction et de rénovation.

Le label HQE : définition

Le but de ce label est d'assurer le niveau de qualité des habitants, en termes d’hygiène et de confort, tout en limitant les impacts environnementaux de tout type de travaux (construction, rénovation, réhabilitation, etc.). L'objectif de ce label HQE est de réduire ces impacts aussi bien sur le court terme que sur le long terme. Lorsque les normes sont prescrites, il est possible d'obtenir la certification « NF Ouvrage Démarche HQE® ». Il s'agit en effet d'une marque commerciale, ce qui est relativement rare en termes de label. Par exemple, BBC, pour Bâtiment de basse consommation et HPE, pour Haute performance énergétique, ne font pas l’objet d’un tel dépôt de marque.

Sont aussi bien concernés par l’obtention de la certification HQE des bâtiments du secteur public que du secteur privé. En effet, cette démarche qualité permet d’optimiser les travaux tout en assurant une meilleure gestion des ressources du bâtiment sur le long terme. L’usage du bâtiment et sa construction sont donc au cœur de cette logique de développement durable.
Le but pour l’usager est de bénéficier d’une meilleure qualité de l’air à l’intérieur du bâtiment tout en permettant d’économiser l’utilisation des ressources en faisant des économies d’énergie. Cela est permis par des équipements adéquats dont l’objectif est notamment de limiter la pollution, d’améliorer l’isolation thermique d’un bâtiment, mais aussi la mise en place de systèmes utilisant les énergies renouvelables.

La création du label HQE se base notamment sur le label HPE. Cependant, il va plus loin en ajoutant 3 domaines supplémentaires non traités par ce précédent label :

  1. l’aspect sanitaire ;
  2. la dimension végétale ;
  3. et l’hydrologie.

Un écologue et un psychosociologue sont des professionnels qui vous apporteront une expertise indispensable pour mener à bien un tel projet basé sur la biodiversité.

Le référentiel d’évaluation

Le niveau de performances exigé par le label HQE est plus élevé que celui demandé par les différentes réglementations thermiques actuellement en vigueur. L’objectif du label énergétique est en effet de valoriser les performances énergétiques du bâtiment à hauteur des objectifs atteints.

Le label HQE s'organise autour d'un référentiel de quatorze cibles (ou critères d’évaluation) réparties en quatre grandes thématiques qui permettent d’identifier les différents facteurs impactant l’environnement. Le référentiel « Qualité environnementale du bâtiment » définit la démarche HQE comme suit :

Axes majeurs

Critères d’évaluation

Description

Maîtriser les impacts des travaux sur l’environnement extérieur

Cibles d’éco-construction

C1 (ou cible 1)

Le bâtiment et son environnement immédiat doivent avoir des relations harmonieuses

C2

Le processus d’éco-construction doit aussi intégrer le choix des produits, systèmes et procédés de construction

C3

Chantier à faibles nuisances (en termes de déchets, de pollution et de bruits)

Cibles d’éco-gestion du bâtiment

C4

Gestion de l’énergie

C5

Gestion de l’eau

C6

Gestion des déchets d'activités

C7

Gestion de l’entretien et de la maintenance

Créer un environnement intérieur satisfaisant pour les habitants

Cibles de confort

C8

Confort hygrothermique

C9

Confort acoustique

C10

Confort visuel

C11

Confort olfactif

Cibles de santé

C12

Qualité sanitaire des espaces

C13

Qualité sanitaire de l’air

C14

Qualité sanitaire de l’eau

Pour obtenir le label HQE, les matériaux de construction ou de rénovation utilisés pour les travaux doivent impérativement provenir de la zone géographique où prend place le chantier. Le référentiel d’évaluation prend également en compte l’orientation du bâtiment. En effet, il s’agit d’un point primordial dans une meilleure gestion de la consommation énergétique d’un bâtiment. Lorsque ce dernier est mieux exposé au soleil, la luminosité naturelle permet de mieux éclairer un logement, mais aussi d’utiliser à bon escient la chaleur prodiguée par le soleil. Ce simple geste permet notamment des économies en termes d’éclairage artificiel.

L’obtention du label HQE

Pour obtenir ce label, les démarches administratives doivent être effectuées auprès de l'association HQE. C’est cet organisme qui s'est occupé du dépôt de marque commerciale de ce label. Depuis 2004, cette association française est reconnue d'utilité publique.

Pour être éligible à la certification, le bâtiment construit ou rénové doit respecter un certain nombre des cibles précédemment explicitées. Trois niveaux peuvent être atteints pour respecter cette « Démarche HQE ».

Différents niveaux de certification

Cibles respectées

Niveau de base

7

Niveau performant

11

Niveau très performant

14

Plus le niveau de certification visé est élevé, plus les exigences seront importantes. Raison pour laquelle, le niveau de performances visé doit correspondre aux objectifs du chantier.

La démarche à suivre

Pour obtenir la certification HQE, il est nécessaire de suivre la procédure administrative suivante auprès de l’organisme indépendant qui attribue cette certification.

Dans un premier temps, la demande doit être déposée. Pour cela, le maître d’oeuvre et/ou le maître d’ouvrage d’un chantier doivent s’occuper de rassembler l’ensemble des pièces justificatives nécessaires. Lors de cette étape, le dossier de demande de certification doit être rempli. Une fois complété, il est à adresser à l’association HQE.

Dans un deuxième temps, les documents sont étudiés par l’organisme indépendant. Leur objectif est de vérifier le respect des critères correspondant à une construction, une rénovation ou une réhabilitation qualifiée de haute qualité environnementale. Si votre dossier est accepté, un expert indépendant se rendra sur le chantier pour réaliser un audit. Il se base sur le référentiel de 14 cibles mentionnées plus haut pour dresser sa conclusion.

Dans un troisième temps, à la suite des conclusions de l’expert, votre certificat vous sera envoyé si vous répondez au minimum à 7 des exigences. Une fois ce certificat obtenu, le but est de l’utiliser comme moyen de communication et de valorisation du bâtiment. Sachez que l’expert indépendant devra intervenir à trois moments différents :

  1. lors de l’élaboration du projet ;
  2. de sa conception (soit le lancement des travaux) ;
  3. et enfin de sa réalisation.

Phase du projet

Type d’audit

1) Elaboration du projet

Audit documentaire effectué à partir d’un échantillonnage aléatoire des différentes cibles.

2) Lancement des travaux

3) Réalisation

Audit précédent accompagné d’une visite du bâtiment par l’expert, lors de laquelle il vérifie l'application effective des exigences du label.

Le label HQE correspond donc à une véritable démarche. Il ne s’agit pas d’une réglementation en termes de construction ou de rénovation, mais d’une véritable attitude adoptée dès la phase d’élaboration du projet jusqu’à la livraison de l’ouvrage.

Les bénéfices apportés par le label

Le label HQE est un véritable outil de valorisation qui permet de donner de l’importance aux démarches mises en place depuis l’élaboration du projet jusqu’à la réalisation de l’ouvrage. Pour une collectivité, un musée ou une entreprise, le label peut notamment servir à bonifier la valeur de l’entité et attirer de nouveaux acquéreurs ou de nouveaux investisseurs. Le label HQE offre de nombreux avantages, c’est un outil de valorisation d’un bien immobilier qui permet :

  1. l’optimisation de la consommation énergétique du bâtiment ;
  2. l’anticipation des réglementations futures en termes de performances énergétiques ;
  3. de mettre en place une méthodologie pertinente dans le respect de l’environnement ;
  4. d’obtenir une reconnaissance crédible de la méthode de construction et des performances du bâtiment ;
  5. une véritable plus-value lors de la mise en location du bien ou lors d’une succession, etc.

De plus, un projet visant à obtenir le label HQE facilite les démarches d’obtention des différentes aides publiques et subventions locales ou régionales pour un projet de rénovation.

Les économies réalisées

Les économies réalisées sur ce type de travaux consistent aux efforts faits pour répondre aux critères d’éco-gestion et d’éco-construction. En effet, il s’agit d’un investissement au moment des travaux qui permet ensuite de faire des économies durables en termes de consommation énergétique. Le but sur le long terme est de permettre une meilleure gestion de l'énergie. Cela concerne :

  1. l’éclairage ;
  2. les différents équipements électriques ;
  3. le système de chauffage ;
  4. le système de production d’eau chaude.

Sur le plan énergétique, les habitations et autres bâtiments disposant du label HQE sont les infrastructures les plus écologiques actuellement. Elles ne le sont pas à 100 % mais leur impact sur l’environnement est bien moindre que pour tout autre type d’habitation.

Le label THQE

A un niveau de qualité encore supérieur, il est possible d’obtenir la certification THQE, signifiant Très Haute Qualité Environnementale. Le niveau d’exigence est, bien entendu, plus élevé pour obtenir la certification. Ainsi, la consommation d'énergie d’un bâtiment doit être inférieure à 50 kWh par m² par an. Ces habitations optimisent au maximum l’éco-gestion et l’éco-construction d’un bâtiment.

Ce label THQE inclut trois dimensions supplémentaires :

  1. une réflexion autour de l’exploitation des ressources biologiques environnementales ;
  2. le recours automatique à des matériaux de construction ou de rénovation locaux et sains ;
  3. ainsi qu’une réflexion concernant l’orientation de toutes les parties du bâtiment (toit, murs, fenêtres, etc.) afin d’optimiser l’usage des rayons du soleil.

Actualités

Faudra-t-il abandonner la RT 2012 ? (suite)
Date: 04/04/2011
Auteur: Roger CADIERGUES
Regardons les réalités …
Date: 11/04/2011
Auteur: Roger CADIERGUES
Violence et lycées - Architecture et développement durable
Date: 13/11/2018
Auteur: Dominique BIDOU
L'association Coénove : sans CITE, le marché de la chaudière ....
Date: 01/06/2015
Type: Actualité ThermPresse

Rechercher plus de contenu sur XPair