Conduit de cheminée

Conduit de cheminée isolé

Conduit de cheminée isolé double paroi polycombustible Therminox - source Poujoulat




Un conduit de cheminée a pour rôle l’évacuation des fumées permettant de chauffer le logement en hiver. Soumis à des obligations de ramonage, un conduit de cheminée bien entretenu permet d’optimiser le phénomène de combustion qui s’effectue dans le foyer de cheminée. Certaines règles sont à respecter lors de l’installation du conduit de cheminée afin de permettre le bon fonctionnement de l’évacuation des gaz de combustion.

Les fonctions du conduit de cheminée

Un conduit de cheminée se compose de deux parties distinctes. D’une part le conduit de raccordement qui court de la buse de l’appareil jusqu’au plafond. D’autre part, le conduit de cheminée désigne la partie qui rejoint le toit. Pour éviter les risques d’intoxication des habitants, le conduit de cheminée doit être imperméable au gaz, mais aussi résister aux condensations pour que la suie ne s’y dépose pas.

Un conduit de cheminée doit également être suffisamment résistant à la corrosion créée par les fumées qui s’en échappent afin de prévenir les risques de rouille et autres problèmes. Pour lutter contre la rouille, le conduit de cheminée doit être compatible avec un entretien par ramonage mécanique afin d’éviter la création de fissures et autres détériorations.

Selon l’architecture du bâtiment, mais aussi de l’apparence souhaitée, un conduit de cheminée peut être carré, rectangulaire ou circulaire.

La composition d’un conduit de cheminée

Différents matériaux permettent de créer différents types de conduits de cheminée. Il est ainsi possible de prévoir un conduit maçonné ou un conduit métallique.

Voici les différentes solutions permettant de concevoir un conduit de cheminée maçonné :

  • le conduit de cheminée en céramique ;
  • le conduit de cheminée en terre cuite ;
  • ou le conduit de cheminée en béton pouzzolane.

Voici les différentes options à prévoir pour la mise en place d’un conduit de cheminée métallique :

  • un conduit de cheminée à simple paroi ;
  • un conduit de cheminée à double paroi.

Les obligations de ramonage

Afin de réduire significativement les risques d'incendie et d'émanation de gaz toxiques, un conduit de cheminée doit obligatoirement être ramoné une ou deux fois par an. Cette fréquence est fixée par le PLU de la ville, à Paris, le ramonage d’un conduit de cheminée doit donc être effectué deux fois par an.

L’installation d’un conduit de cheminée

Pour installer un conduit de cheminée en respect des normes en vigueur, un mortier conforme au DTU 24.1 est à utiliser. Sachez que, pour être bien installé, le conduit dispose d’un sens de montage à respecter. Le sens de l’écoulement des fumées est signifié par une flèche au niveau du boisseau. En d’autres termes, la partie mâle du boisseau doit être positionnée en direction du sol.

Les dimensions du conduit de cheminée

La norme EN 13384-1 détermine que le bon tirage de la cheminée, c’est-à-dire le mouvement des gaz chauds, est permis par la bonne dimension du diamètre du conduit de raccordement. Pour cette raison, celui-ci doit obligatoirement être égal ou supérieur au diamètre de la buse de l’appareil.

Ainsi, pour un foyer ouvert, le conduit doit mesurer 4 m² au minimum, sachant que plus le conduit est haut, meilleur sera le tirage. Pour un foyer fermé, le conduit doit mesurer au moins 2,5 m². Comme pour un foyer ouvert, plus le conduit est haut, meilleur sera le tirage.

Quant au couronnement du conduit de cheminée, la réglementation prévoit que le sommet du conduit doit au moins dépasser d’une hauteur de 40 cm le faîtage de la toiture.

Le dévoiement du conduit de cheminée

L’évacuation des fumées est la plus efficace lorsque le trajet qu’elles empruntent est direct. Pour cette raison, il est conseillé de réduire le nombre d’angles afin que le conduit soit le plus droit possible. Dans certains cas, le dévoiement du conduit de cheminée est toutefois nécessaire pour éviter un mur ou une poutre.

Il est alors possible de prévoir des dévoiements :

  • avec un angle de 20° maximum ;
  • ou un angle de 45° pour un conduit dont la longueur est inférieure à 5 mètres.

Veuillez noter que pour une maison de 2 étages, seuls deux angles de dévoiements sont autorisés.

Comment assurer la stabilité du conduit de cheminée ?

Afin d’assurer la sécurité des habitants, la stabilité du conduit de cheminée est un point de vigilance essentiel lors de l’installation. Il existe trois cas de figure :

  • Les conduits de cheminée isolés et appuyés sont des conduits autoporteurs.
  • Les conduits de cheminées entièrement accolés en saillie nécessitent une assise très stable puisque c’est elle qui assure la stabilité du conduit de cheminée. Pour cette raison, le support du conduit de cheminée doit disposer des caractéristiques suivantes :
    • être ininflammable ;
    • être fixe.

Respecter les distances de sécurité

Afin d’assurer la sécurité de l’installation, certaines distances de sécurité doivent être respectées entre le conduit de cheminée et les différents matériaux de construction du bâtiment, notamment ceux étant combustibles comme le bois de charpente, par exemple. Les distances de sécurité à respecter sont les suivantes :

  • 16 cm entre le bois de charpente et la paroi intérieure du conduit de cheminée ;
  • et 7 cm entre le bois des huisseries et la paroi intérieure du conduit de cheminée.

Quant au conduit de raccordement, la distance de sécurité de son emplacement doit au moins correspondre à 3 fois le diamètre du tube avec la paroi la plus proche.

Comment prévoir une bonne isolation thermique du conduit de cheminée ?

Afin d’éviter tout pont thermique mais également de trop fortes chaleurs provenant des fumées évacuées, l’isolation est un autre point de vigilance à observer lors de la mise en place d’un conduit de cheminée.

Lorsque le conduit de cheminée traverse une partie habitée du logement, il doit être isolé de telle manière à ce que la température de surface ne dépasse jamais les 50°C. Pour cela, il convient d’utiliser des boisseaux traditionnels.

Lorsque le conduit de cheminée traverse des combles non chauffés, les exigences se portent à une température de surface atteignant au maximum les 80°C. Pour cela, il convient de choisir des boisseaux isolés.

Savoir faire / Parole d'expert

Rechercher plus de contenu sur XPair