Bouche de soufflage

Si vous êtes arrivé sur cette page depuis un moteur de recherche, vous obtiendrez des résultats pertinents en continuant sur la recherche évoluée du site (boite orange à droite).

La bouche de soufflage est un terminal aéraulique visible donc la fonction est de projeter ou de diffuser l’air traité, chauffé ou rafraichi dans le volume de confort.La bouche de soufflage possède des ailettes qui lorsqu’elles sont orientées ne projettent plus l’air mais le diffusent. La bouche de soufflage est alors un diffuseur de soufflage.
De conception métallique ou plastique, d’aspect esthétique si nécessaire : bouche de teinte RAL au choix, formes linéaire, forme de type buse, ….. Son fonctionnement aéraulique n’est jamais « passif ».
Une bouche par exemple de type linéaire, ou de type diffuseur, orientera le jet d'air pour provoquer des mouvements inductifs et un effet Coanda (effet d'accélération sous plafond provoquant une induction d'air). Certains diffuseurs intelligents possède une sonde thermostat qui fera varier l'inclinaison des ailettes de sorte de provoquer des jets d'air différents selon que cela soit de l'air chaud ou de l'air froid qui est soufflé. La bouche de soufflage n’est pas toujours implantée en hauteur en plafond. Dans le cas de salles à gradins, auditorium, théâtre, spectacle, …, des bouches au sol soufflant à très basse vitesse assurent un transfert d’air du bas vers le haut où sont situées les reprises d’air.
A noter que certains concepts dits à déplacement d’air implantent des bouches de soufflage très surdimensionnées au niveau du sol. Dans ce cas, se sont des ouvrages posés au sol qui, à travers des organes perforés, diffusent à très faible vitesse l’air dans le local. Ces bouches à déplacement d’air sont utilisées dans les locaux à fortes présence et à fortes charges frigorifiques car la quantité d’air serait trop importante pour être projetée sur les individus, eu égard au confort thermique à obtenir.
Dans le résidentiel également les bouches de soufflage de VMC hygro par exemple sont assez sophistiquées pour réguler la quantité d’air neuf (et par conséquence d’énergie) en fonction du taux d’occupation et d’humidité de la pièce.
Expertise en accès libre